Un retraité se suicide devant le parlement grec, refusant de chercher sa nourriture dans les ordures

Pensioner Greece suicide.jpg

Un retraité grec en grande difficulté financière s'est suicidé devant le parlement à Athènes aujourd'hui (4 avril). Il a expliqué qu'il refusait de chercher sa nourriture dans les ordures. La population est sous le choc alors qu'elle ressent tout le poids de la crise économique.

Le suicide de ce pharmacien à la retraite de 77 ans a ému la population de ce pays où une personne sur cinq est sans emploi et où un sentiment d'humiliation nationale a suivi les réductions successives des salaires et des retraites.

Quelques heures seulement après sa mort, une myriade de bougies, de fleurs et de mots écrits à la main contre la crise ont été déposés sur la place de Syntagma où l'homme s'est suicidé. Des dizaines de passants se sont rassemblés pour rendre hommage au vieil homme.

« C'en est assez », pouvait-on lire sur une note accrochée sur un arbre. « Qui sera la prochaine victime ? », était écrit sur un autre bout de papier.

Les « Indignés », qui sont des milliers à protester contre les mesures d'austérité imposées par les bailleurs de fonds internationaux en échange des renflouements, ont annoncé qu'ils prévoyaient une marche ce mercredi.

« C'est une tragédie humaine », a déclaré le porte-parole du gouvernement Pantelis Kapsis.

Des témoins ont affirmé avoir vu l'homme pointer une arme sur sa tête et tirer après avoir crié : « J'ai des dettes, je ne peux plus le supporter. »

Un autre passant a déclaré à la télévision grecque que l'homme avait dit qu'il ne voulait pas laisser ses dettes à ses enfants.

Dans une lettre d'adieu trouvée dans la poche de son manteau, l'homme dénonce la classe politique et les problèmes financiers comme la cause de son geste, a déclaré la police.

Le gouvernement a « annihilé tout espoir de survie et je n'ai pas pu obtenir justice. Je n'ai pas trouvé d'autre solution qu'une fin digne avant de devoir commencer à fouiller dans les ordures pour trouver à manger », pouvait-on encore lire dans cette lettre. 

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer