Visite des leaders du Moyen-Orient en Europe : les divergences font rage

Palestinian Authority.jpg

Des fonctionnaires israéliens mettent en garde contre un possible retour de la violence et les leaders palestiniens contre la fin du processus de paix d'Oslo, alors que la lutte diplomatique concernant le prochain vote de l'ONU sur le statut d'Etat de la Palestine s'échauffe en Europe.

 

Alors que le premier ministre israélien et le président palestinien faisaient pression sur leurs homologues à Londres, Paris et Berlin hier (5 mai), Ran Curiel, l'ambassadeur israélien à Bruxelles, a mis en garde contre une « éruption de la violence » si l'Etat palestinien était reconnu en septembre.

« Cela ouvre de nombreuses options car cela impliquerait de revenir sur tous les éléments clés du processus de paix », a-t-il déclaré à EURACTIV.

« Malheureusement, une des autres possibilités est que le fossé entre les déclarations et la réalité sur le terrain ne donne pas lieu à un Etat, mais bien à une autre série d'actes de violence », a-t-il ajouté.

Lors d'un entretien exclusif, M. Curiel a nié le fait qu'Israël attiserait le conflit en réoccupant militairement des zones urbaines de Cisjordanie, par exemple.

Il a également déclaré que la création d'un Etat palestinien était dans l'intérêt national d'Israël, une formulation favorisée par Washington qu'aucun fonctionnaire israélien n'avait utilisé auparavant.

Toutefois, Israël est sous pression diplomatique s'agissant de la reconnaissance de l'Etat palestinien, surtout depuis la signature d'un pacte d'unité entre les deux principales factions palestiniennes, le Fatah et le Hamas.

La France et la Grande-Bretagne sont toutes deux favorables à l'initiative de la création de l'Etat, mais la chancelière allemande, Angela Merkel, a mis en garde hier contre une reconnaissance unilatérale de l'Etat palestinien.

L'UE est le plus grand donateur de l'Autorité palestinienne et a contribué à hauteur de 590,5 millions d'euros en 2009, principalement à des fins d'édification de l'Etat.

Mustafa Barghouti, un ancien candidat indépendant de l'AP aux présidentielles et ministre de l'information dans l'ancien gouvernement d'unité palestinien, a demandé à l'UE de soutenir l'initiative palestinienne comme « le seul et unique moyen de sauver l'option de l'existence de deux Etats ».

« Toute hésitation sur la reconnaissance d'un Etat palestinien d'ici septembre signifiera  la fin de la solution des deux Etats, le probable effondrement de l'AP et la chute finale de tout le processus et de l'accord d'Oslo », a-t-il dit à EURACTIV.

Les Palestiniens devraient chercher d'autres options si cela arrivait, a-t-il ajouté.

Une campagne du type de celles pour les droits civils pour une solution « à un Etat » avec laquelle les Juifs et les Arabes partageraient des droits civiques égaux a gagné des partisans parmi les Palestiniens alors que les espoirs d'un Etat séparé s'amenuisent.

Cela pourrait impliquer une campagne non violente de manifestations en Israël et sur les territoires palestiniens occupés, ainsi que des boycotts, des désengagements et des actions de solidarité à l'étranger.

Plus tard ce mois-ci, les militants pro-palestiniens prévoient d'envoyer leur seconde flottille de bateaux avec de l'aide humanitaire vers la bande de Gaza.

Neuf activistes à bord de la première flottille en mai 2010 ont été abattus par des commandos israéliens après que leur bateau contenant de l'aide humanitaire et des matériaux de construction a été abordé lors d'une opération militaire.

Une note de l'ambassade d'Israël affirme que la responsable de la politique étrangère de l'UE, Catherine Ashton, a déclaré à un Comité de liaison ad hoc (AHLC) le 13 avril qu'elle considérait cette seconde flottille comme une « provocation ».

« Bien sûr, nous voudrions que cela soit dit publiquement », a dit M. Curiel à EURACTIV, « comme cela a [également] été dit par des dignitaires et des fonctionnaires de l'UE. Mais en privé, la lecture que nous entendons est similaire à la nôtre ».

Pour lire cet article dans son intégralité, veuillez cliquer ici.

Réactions

Contexte

L'Etat d'Israël a été créé en 1948, remplaçant le mandat britannique de Palestine suite à un conflit qui a résulté en la fuite d'au moins 750 000 Palestiniens. 19 ans plus tard, la crise des réfugiés a été exacerbée par l'invasion et l'occupation de la Cisjordanie et de la bande de Gaza pendant la guerre de Six Jours de 1967. Par la suite, Israël a annexé Jérusalem-Est à son territoire et a construit des colonies en Cisjordanie qui accueillent aujourd'hui 500 000 Juifs israéliens.

Avec la Déclaration de Venise en 1980, l'UE, qui reconnaît le droit de la Palestine à l'autodétermination, est devenue la troisième partie du conflit international israélo-palestinien. En 1986, l'UE est allée plus loin en promulgant un règlement permettant aux Palestiniens en territoires occupés d'exporter des produits en Europe sous le label « Made in the West Bank and Gaza » (en français : fabriqué en Cisjordanie et à Gaza).

Après la signature de l'Accord d'Oslo en 1993, l'UE a accru son engagement dans le processus de paix en soutenant financièrement l'Autorité palestinienne naissante. Toutefois, la position de l'UE, à savoir que tout accord de paix devrait respecter les frontières originales de 1967, ce qui permettrait aux Palestiniens d'établir leur capitale à Jérusalem-Est, rencontre une vive opposition en Israël.

En décembre 2010, 26 anciens leaders de l'UE, y compris Javier Solana et Helmut Schmidt, ont demandé un boycott et des sanctions à l'encontre d'Israël pour la construction des colonies.

Prochaines étapes

Plus d'information

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.