Dimanche, votez pour Superman !

DISCLAIMER: Toutes les opinions affichées dans cette colonne reflètent l'avis de l'auteur, pas celle d'EURACTIV Media network.

Friederike Röder, directrice de ONE France ©ONE

Friederike Röder, directrice de ONE France ©ONE

Friederike Röder, Directrice de l’ONG ONE France appelle les citoyens à voter pour les élections européennes et donner au Parlement les moyens dont il a besoin pour agir en faveur de l’éradication de l’extrême pauvreté dans le monde.

Malgré tout ce qu’on peut entendre çà et là, cette semaine est clé pour l’avenir de l’Europe, mais aussi pour celui du reste du monde.

Ce n’est pas de la prétention, mais une réalité qu’on connaît mal. Avec  52.7 milliards d’euros en 2013 par an, ?l’Europe est le premier donateur d’aide au développement au monde. En tant que bloc économique le plus important du monde, elle rassemble aussi 28 pays, qui à eux seuls peuvent réguler une grande partie des multinationales intervenant sur la planète et dans les pays les plus pauvres. Elle peut faire avancer le combat de la transparence.

De ce fait, les décisions qui seront prises par les futurs eurodéputés auront un impact majeur pour les pays en développement. En fonction de la tendance prise par le futur Parlement européen, en fonction de la tenue de ses promesses par l’Europe, notre continent pourra participer à une des plus grandes avancées de l’Histoire du monde : l’éradication de l’extrême pauvreté.

Un objectif loin d’être un vœu pieux. L’extrême pauvreté a été réduite de moitié en vingt ans et les faits prouvent qu’elle pourrait être réduite à néant d’ici à 2030. Si, et seulement si, tout le monde se mobilise.

Et l’Europe a un grand rôle à jouer dans l’atteinte de cet objectif historique. L’Europe, les eurodéputés, mais aussi les électeurs. Ce dimanche, nous allons élire des représentants qui votent plus des trois quarts des lois appliquées en France. Ils votent le budget de l’Europe et donc la part allouée à l’aide au développement. Ils votent les lois sur la transparence des entreprises pétrolières, gazières et minières, si actives dans les pays en développement et pourtant si peu rémunératrices pour leurs habitants. Ils seront aussi amenés à voter la prochaine loi sur la lutte contre le blanchiment d’argent, des pratiques qui font perdre des millions à l’Europe, mais aussi 5 millions d’euros par heure à l’Afrique. Des sommes considérables qui pourraient être investies dans le développement des services de santé, d’éducation, dans l’accès à l’énergie et le renforcement des institutions. Des sommes qui pourraient permettre à ces pays de gagner en autonomie et les accompagner dans leur développement. Et s’ils en prennent l’initiative, les eurodéputés pourraient voter encore bien des lois contribuant à lutter contre l’extrême pauvreté à travers le monde.

Alors quand on entend que le Parlement européen n’a pas vraiment de pouvoir, nous sommes en droit de nous poser des questions. Si donner accès à l’eau à plus de 70 millions de personnes en 9 ans, ou permettre à 13 millions d’enfants d’aller à l’école n’est pas un superpouvoir, alors qui peut se targuer de faire mieux ?

Euroscepticisme, nombrilisme, fatalisme… Il existe d’autres options. Ce dimanche, les citoyens européens peuvent voter pour la solidarité, l’entraide, le progrès. Certains candidats, dont de nombreuses têtes de liste, se sont prononcés en faveur de ces valeurs. Ils se sont même engagés à mettre en œuvre des mesures en soutien au développement des pays les plus pauvres. Des engagements que nous pourrons suivre au cours des cinq années à venir, que nous pourrons rappeler le cas échéant. Mais pour cela, il faut voter. Il faut donner ce superpouvoir à l’Europe !

La fin de l’extrême pauvreté est entre nos mains. À nous d’en faire bon usage ce dimanche.

  • Liste des candidats qui ont signé l’appel de ONE pour la lutte contre l’extrême pauvreté

Subscribe to our newsletters

Subscribe