Forum de l’OCDE : les dirigeants devraient écouter la jeunesse !

DISCLAIMER: Toutes les opinions affichées dans cette colonne reflètent l'avis de l'auteur, pas celle d'EURACTIV.COM Ltd.

Les jeunes ambassadeurs de ONE

250 jeunes activistes, venus de 7 pays européens – France, Royaume-Uni, Irlande, Italie, Pays-Bas, Allemagne et Belgique –  et du Nigeria, se réunissent pendant 3 jours à Paris pour le Sommet de ONE en parallèle du Forum de l’OCDE.

Les jeunes n’ont jamais été aussi nombreux sur terre. 1,8 milliard de personnes sont âgées de 15 à 24 ans[i]. 1,8 milliard de jeunes avec 1,8 milliard de visions différentes sur le monde et sur ce à quoi il devrait ressembler. En tant que jeunes Ambassadeurs de l’organisation de lutte contre l’extrême pauvreté ONE, nous ne représentons qu’une petite fraction de cette jeunesse, mais, avec nos homologues à travers le monde, nous nous retrouvons autour d’un objectif commun : faire de ce monde un endroit plus juste pour tous. D’ici à 2030, nous voulons contribuer à la fin de l’extrême pauvreté et des maladies évitables et nous continuerons d’unir nos voix pour nous assurer que cette volonté devienne une réalité. Nous demandons aux dirigeants du monde de nous écouter, car nous sommes l’avenir de cette planète.

C’est pour nous faire entendre que nous nous réunissons à Paris, à partir de demain, pour le Sommet de ONE : 250 jeunes Ambassadeurs, représentant plus de 50 nationalités, rassemblés pour appeler les dirigeants à nous rejoindre dans le combat contre l’extrême pauvreté. Notre sommet se tiendra en marge du forum de l’OCDE. Alors que 40 des pays les plus riches du monde se réuniront à l’OCDE pour aborder les principaux enjeux mondiaux, nous tiendrons, en parallèle, nos propres débats sur le développement. Nous échangerons avec des experts et nous prendrons part à une action de mobilisation dans Paris pour être sûrs que tout le monde sache ce pour quoi nous nous battons.

Durant ces trois jours, nous rencontrerons également des décideurs politiques, des représentants des gouvernements qui se sont engagés l’année dernière à atteindre les 17 Objectifs de développement durable dont mettre fin à l’extrême pauvreté, à la faim et aux inégalités entre les sexes. Il est souvent dit que les jeunes d’aujourd’hui ne se sentent pas concernés, nous sommes ici pour prouver que c’est faux. Nous tiendrons les dirigeants du monde pour responsables de leurs promesses de protéger les plus vulnérables dans les pays en développement.

Avant tout, nous nous assurerons que les femmes et les filles soient au cœur des priorités pour atteindre ces objectifs mondiaux. Il est difficile de croire qu’il n’y a toujours aucun endroit sur terre où les femmes ont autant d’opportunités économiques, politiques et sociales que les hommes. Nous pouvons créer un monde meilleur si nous surmontons les barrières qui empêchent les femmes d’exprimer leur potentiel économique, social et politique.

Le rapport annuel de ONE, La Pauvreté est sexiste, montre à quel point les inégalités entre les sexes et la pauvreté vont souvent de pair. Alors que les femmes et les filles sont les plus durement frappées par l’extrême pauvreté, investir pour leur avenir ne fera pas que mettre un terme à la pauvreté plus rapidement, mais brisera ce cercle vicieux une bonne fois pour toutes. En tant que jeunes Ambassadeurs nous nous tenons aux côtés des femmes et des filles. Si nous voulons en finir avec l’injustice de la pauvreté, nous ne pouvons pas laisser la moitié de la population de côté.

Le premier véritable test de la bonne volonté des dirigeants sera la reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, qui se tiendra le 16 septembre au Canada. Les maladies liées au sida sont aujourd’hui la première cause de décès chez les femmes entre 15 et 44 ans. Le Fonds mondial est l’un des principaux instruments pour y mettre fin avec 60 % de ses investissements qui soutiennent spécifiquement les femmes et les filles[ii]. Nous pressons tous les dirigeants mondiaux à renforcer leur soutien et à s’assurer que l’objectif de 13 milliards de dollars soit atteint afin de sauver 8 millions de vies supplémentaires au cours des trois prochaines années.

Le sommet de ONE sera une opportunité formidable et décisive pour mettre en commun nos aspirations et nos forces. Nous pouvons être des acteurs du changement. En 2005, Nelson Mandela nous a lancé un appel, à nous, la « grande génération », celui d’en finir avec l’extrême pauvreté. Et, nous comptons bien le faire. Mais nous ne pourrons y arriver seuls. Nous avons besoin que les dirigeants du monde et la société civile nous rejoignent pour accomplir cette entreprise.

D’ici à 2050 un jeune sur trois vivra en Afrique[iii]. Nous pouvons faire en sorte qu’ils ne connaissent ni la pauvreté, ni les maladies évitables, ni la faim ou les inégalités entre les sexes. Ce sera notre héritage aux générations futures.

[i] http://www.unfpa.org/fr/swop

[ii] Le Fonds mondial, le lien entre le VIH et la violence à l’égard des femmes, 24 novembre 2014

[iii]http://www.un.org/en/development/desa/population/publications/pdf/trends/Concise%20Report%20on%20the%20World%20Population%20Situation%202014/fr.pdf

 

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.