Sept pays de l’UE s’opposent au système d’étiquetage des aliments Nutri-Score

Le système d’étiquetage des denrées alimentaires continue à diviser les États européens. La fronde est menée par l’Italie, qui s’oppose à un dispositif qui attribuerait la vignette rouge à de nombreux produits du régime méditerranéen. Un article d’Euractiv Italie.

Lundi 21 septembre, les ministres de l’Agriculture et de la Pêche se sont réunis pour discuter de sujets clés tels que la politique agricole commune, la stratégie « de la ferme à la table » et la stratégie sur la biodiversité. La ministre italienne de l’Agriculture, Teresa Bellanova, a  pour sa part présenté un document contre l’étiquette qui arbore un code de couleurs rappelant les feux de signalisation.

Les étiquettes nutritionnelles, un sujet cher à l’Italie, ont été au cœur de la discussion des ministres. L’idée d’harmoniser les systèmes utilisés dans l’Union demeure, mais les opinions sur la méthode à employer divergent considérablement.

Un document officieux a été présenté au Conseil pour rejeter le système Nutri-Score, fondé sur des couleurs rappelant les feux de signalisation. L’Italie a toujours été opposée à cette solution, soutenue en revanche par la France. Comme l’a souligné la ministre italienne de l’Agriculture, Teresa Bellanova, « de nombreux pays partagent notre point de vue ».

Après la France, le Nutri-Score pourrait s’exporter en Europe

La France vient d’adopter un code couleur permettant de mieux informer les consommateurs sur la qualité nutritionnelle des aliments. Et compte maintenant encourager l’utilisation du Nutri-Score au niveau européen.

Le document présenté par l’Italie et six autres États (République tchèque, Chypre, Grèce, Lettonie, Roumanie et Hongrie) plaide pour une approche « fondée sur des informations scientifiques concernant les portions et les quantités effectivement consommées ». Il demande également que les spécificités de certains régimes, comme le régime méditerranéen, « unanimement considéré comme sain », soient prises en compte.

Les critiques formulées par les pays signataires du document portent donc à la fois sur l’utilisation du code de couleurs, mais aussi et surtout sur la référence générique à 100 grammes de produit, inappropriée pour des aliments tels que l’huile d’olive, qui est consommée en quantités beaucoup plus faibles. Dans ce cas précis, l’étiquette Nutriscore se révèle totalement trompeuse pour le consommateur.

La Commission renonce aux étiquettes-type sur les produits alimentaires

La commissaire européenne à la sécurité alimentaire, Stella Kyriakides, a revu à la baisse les ambitions de la nouvelle politique alimentaire de l’UE lors d’une réunion avec les eurodéputés chargés de l’agriculture lundi 11 mai.

Éco-régimes et Mercosur

Lors de la réunion, il a également été question des éco-régimes, ces régimes écologiques que les nations devraient instaurer et qui ont suscité une certaine perplexité.

Le caractère obligatoire de ce système a été remis en question par l’Allemagne – qui assure actuellement la présidence tournante de l’UE – car il prévoit de garantir la compétitivité sans pour autant négliger les normes environnementales. La proposition allemande consiste à introduire une courbe d’apprentissage afin que les ressources qui n’ont pas été utilisées dans le cadre de programmes écologiques ne soient pas perdues.

Le commissaire européen à l’agriculture, Janusz Wojciechowski, a cependant souligné que les préoccupations avaient beaucoup diminué par rapport aux réunions précédentes, et que la volonté d’obtenir des résultats positifs demeurait intacte.

L’accord UE-Mercosur plombe la lutte pour le climat

Après 20 ans de négociations, l’accord entre l’UE et les pays latino-américains de Mercosur a été conclu le 28 juin à Bruxelles. Au grand dam des agriculteurs et des ONG environnementales. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Concernant l’accord commercial avec le Mercosur, le scepticisme de nombreux États membres a été souligné, particulièrement en ce qui concerne le manque de respect des exigences environnementales par les pays d’Amérique latine. La déforestation en Amazonie, due notamment à la création d’espaces pour le bétail, constitue un sujet de préoccupation majeur.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER