Bratislava dénonce la discrimination alimentaire de l’Europe de l’Est

L'exécutif européen devrait présenter une proposition spécifique en juin. [Hilke Heijmans/Flickr]

Une étude réalisée par le gouvernement slovaque a constaté d’importantes différences de qualité entre des produits similaires vendus en Slovaquie et en Autriche.

Cela fait maintenant plusieurs années que la question des inégalités alimentaires suscite de nombreuses inquiétudes. Les multinationales sont en effet accusées de vendre des produits contenant des ingrédients différents sous la même marque et le même emballage. Par ailleurs, la qualité de ces produits ne serait pas non plus toujours la même, ce qui suscite de nombreuses préoccupations pour la santé des consommateurs.

Division Est-Ouest

La question de la différence de qualité alimentaire au sein du marché unique européen a été officiellement soulevée par la présidence slovaque de l’UE. En se basant sur différentes études gouvernementales, elle a en effet constaté que les consommateurs de l’Europe de l’Est consommeraient de la nourriture de moins bonne qualité que les habitants d’Europe occidentale.

La question a été posée au Conseil des ministres par les responsables slovaques et tchèques, et la Commission européenne a accepté de l’examiner.

Daciana Sârbu (groupe S&D), vice-présidente de la commission environnement, santé publique et sécurité alimentaire du Parlement européen (ENVI), a indiqué à Euractiv que la Commission devrait enquêter sur le phénomène et déterminer si la division Est-Ouest existait réellement.

« Si tel est le cas, des mesures européennes adéquates devront être prises pour prévenir ce phénomène. Il s’agit d’un principe fondamental, du droit de tous les consommateurs d’être traités de manière égale, où qu’ils soient dans l’UE », a fait remarquer l’eurodéputée socialiste roumaine.

L’exécutif européen devrait présenter une proposition spécifique à ce sujet en juin.

« Nous ne pouvons pas laisser les inégalités alimentaires s’installer en Europe »

La qualité des aliments peut différer grandement entre Europe occidentale et l’Europe centrale et de l’Est. L’eurodéputée Daciana Sârbu (S&D) s’est entretenue avec Euractiv Roumanie sur les inégalités qualitatives et sur la promotion de la production locale.

Une nouvelle étude

Plusieurs pays, dont la Roumanie et la République tchèque, réalisent actuellement des tests afin de rassembler des preuves. Les autorités slovaques ont récemment mené une étude sur 22 produits alimentaires de la même marque et étant dotés du même étiquetage, vendus en Slovaquie et en Autriche.

Les résultats de l’étude ont été présentés le 11 avril lors d’un événement du Parlement européen intitulé « éliminer les différences de normes alimentaires – même marque, même produit, même qualité ».

D’après les résultats, aucune différence particulière n’a été constatée dans neuf produits, de petites différences impactant quelque peu la qualité dans trois produits, et des différences considérables impactant la qualité dans dix produits.

Les principales différences concernent la composition (par exemple des matériaux avec de plus faibles proportions de matières grasses, la substitution des graisses animales par des graisses végétales, des différences de teneur estimée en viande), la présence d’édulcorants artificiels ajoutés (en Slovaquie) à la place d’édulcorants naturels (en Autriche), la substitution de fruits par des colorants et des arômes de fruits artificiels, la différence de goût, de couleur et de qualité d’emballage du produit.

Exemples

Un exemple flagrant est le Coca-Cola, qui a un goût différent dans les deux pays. En Slovaquie, le goût est seulement légèrement sucré, tandis qu’en Autriche il est sucré. Des indications différentes sur l’étiquetage ont également été constatées, avec la présence de sirop de fructose-glucose en Slovaquie et de sucre en Autriche.

Un autre cas, d’après l’étude, serait celui des bâtonnets de poissons « iglo », dans lesquels la teneur en poisson s’est avérée de 8,8 % plus élevée en Autriche qu’en Slovaquie. Des différences d’emballage de produits comme le thé noir Earl Grey ont également été relevées.

En Autriche, les sachets de thé sont en aluminium, tandis qu’en Slovaquie ils sont en papier. « Les sachets de thé en aluminium maintiennent l’arôme et le goût, tandis que les feuilles de thé plus grandes contribuent à une meilleure qualité du produit », a souligné l’étude.

L’emmental en Slovaquie n’a ni la structure ni l’apparence propres à ce fromage, à savoir une couleur jaune claire et la présence de trous petits et gros. Le produit vendu en Autriche présente, lui, ces caractéristiques.

Dans le cas de la mozzarella, l’emballage indique un poids du produit compact de 125 g. En Slovaquie, le poids réel est de 119.4 g., tandis qu’en Autriche il est de 124 g.

Les pays européens inégaux devant l'obésité infantile

D’après un récent rapport, les familles ne sont pas en mesure de lutter contre l’obésité sans l’aide du gouvernement dans les pays européens