«Il ne faut pas laisser Internet aux extrémistes»

Hassen Chalgoumi [Georgi Gotev]

L’Imam de Drancy, Hassen Chalgoumi, dénonce les discours haineux sur les réseaux sociaux, dont il est lui-même souvent objet. Il faut répondre aux extrémistes, ne pas leur laisser le monopole sur Internet.

Hassen Chalgoumi est imam à Drancy, en Seine-Saint-Denis. Il participait à un forum international sur l’interculturalisme à Bakou, la capitale azérie.

Nous sommes à Bakou, où vous êtes intervenu lors d’un forum qui fait la promotion de l’interculturalisme. Vous-même, ainsi que d’autres intervenants, avez parlé du danger des propos haineux sur les medias sociaux. Il semble vous en avez été la cible dernièrement. Racontez-nous.

Il y a quelques jours, lorsqu’on avait appris la détérioration de la santé de l’ancien président d’Israël, Shimon Peres, j’ai posté un appel sur ma page Facebook officielle pour que les croyants et non-croyants de toutes les religions prient pour son rétablissement. Le président Peres est un prix Nobel, il a signé [les accords d’Oslo] avec Arafat, il a œuvré pour la paix. On peut avoir des différences d’opinion sur l’homme, mais il est certain qu’il a fait des avancées vers la paix.

Plus de 120 000 personnes ont vu mon message, qui a recueilli plus de 900 commentaires : uniquement des insultes, des propos antisémites, de la haine et des menaces de mort.

Qui sont ceux qui ont réagi a votre message ?

La majorité est de confession musulmane. De France, de Belgique, des francophones. Ce qui me choque est que ces gens-là ne font preuve d’aucun respect pour la vie humain et l’être humain. C’était pareil avant le Bataclan, avant et après Charlie Hebdo, avant les attentats de Bruxelles. Il ne faut pas seulement radier ces commentaires, if faut chercher d’où vient ce virus, d’où vient cette maladie de haine. Je ne suis plus que triste et déçu. Nous avons un énorme chantier devant nous, en Belgique et en France.

Vous-même et d’autres donnez l’alarme, mais je n’ai entendu personne proposer des solutions.

J’ai parlé avec le dernier Grand Rabbin, rescapé d’Auschwitz, c’est un homme de plus de 90 ans d’âge. Il m’a dit, monsieur l’Imam, les Nazis, ils n’étaient pas nombreux, c’était la majorité qui était silencieuse. C’est pareil sur les réseaux sociaux. Ces Nazis, ces fachos, ces Islamistes fanatiques, ces racistes, ils ne sont pas nombreux, mais la majorité reste silencieuse. La majorité devrait faire l’effort de réagir. Beaucoup me disent : je ne suis pas d’accord avec ces propos de haine. Vous, monsieur l’Imam, vous êtes courageux. Je leur réponds qu’il faut être courageux, il faut réagir sur Internet, il faut réagir sur les réseaux sociaux, il ne faut pas laisser le monopole de l’Internet aux extrémistes.

imam-facebook

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.