Apple dément avoir échangé avec l’UE sur un futur carnet de vaccination numérique

Le géant américain Apple ne s’est jamais entretenu avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ou l’Union européenne (UE) concernant la possible conception d’un carnet de vaccination contre la Covid-19 sous format d’application. [Shutterstick/Novikov Aleksey]

Le géant américain Apple ne s’est jamais entretenu avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ou l’Union européenne (UE) concernant la possible conception d’un carnet de vaccination contre la Covid-19 sous format d’application.

« Apple ne s’est jamais entretenu avec l’OMS ou l’UE concernant la possible conception d’un carnet de vaccination contre la Covid-19 sous format d’application », ont déclaré plusieurs représentants du géant américain de technologie à Euractiv.

« Nos efforts en la matière consistaient à créer des interfaces de programmation d’applications (APIs) avec Google pour les organisations nationales de santé, et ce afin qu’elles élaborent elles-mêmes leur propre application de tracing. Nous avons été clairs tout au long de nos procédures : nous ne voulons pas avoir accès aux données privées de nos utilisateurs. C’est la raison pour laquelle nos APIs garantissent que les données personnelles restent sur les appareils de chacun », ont avancé les mêmes sources.

Solidarité et passeport vaccinal : la position française à l'ouverture du Conseil européen

Cet échange devrait être l’occasion pour le bloc de revenir sur la proposition d’Emmanuel Macron lors du sommet du G7 vendredi 19 février, d’envoyer 13 millions de doses aux pays d’Afrique.

À l’occasion d’une visioconférence avec les leaders européens jeudi (25 février), la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen avait pourtant indiqué que « Google et Apple offraient déjà actuellement leurs solutions de carnet de vaccination à l’OMS ».

Lors de cette même réunion, les chefs d’État et de gouvernement européen ont émis l’idée d’un certificat de vaccination numérique, exhortant les ambassadeurs du bloc à présenter des propositions à ce propos au fil des trois prochains mois, dès qu’un nombre suffisant de citoyens européens aura été vacciné.

La cheffe de l’exécutif européen a par ailleurs mentionné que l’interopérabilité présentait plusieurs difficultés techniques qui devraient être résorbées prochainement, avançant que les certificats pourraient être disponibles d’ici à l’été.

Elle a également mis en exergue le travail d’Israël concernant l’élaboration des « passeports verts », qui reprennent le suivi de l’historique de vaccination des citoyens.

« La Commission européenne œuvre désormais afin de pallier les problèmes liés à l’interopérabilité entre les États membres », a-t-elle appuyé, arguant que les nations européennes devaient mettre les bouchées doubles d’ici à l’été.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer