Les démissions en chaîne fragilisent le gouvernement britannique

epa06875655 (FILE) - Britain's Foreign Secretary, Boris Johnson delivers a speech during the Constervative Conference in Birmingham, Britain, 02 October 2016 (reissued 09 July 2018). Media reports on 09 July 2018 state that Boris Johnson resigns as British Foreign Secretary, following the resignation of Brexit Secretary David Davis the day before. EPA-EFE/FACUNDO ARRIZABALAGA [EPA-EFE/FACUNDO ARRIZABALAGA]

Ministre des Affaires étrangères britannique, Boris Johnson a quitté son poste le 9 juillet. Cette démission, qui suit celle du ministre du Brexit David Davis, fragilise d’autant plus le gouvernement de Theresa May, moins de neuf mois avant l’échéance du Brexit.

Nouveau coup dur pour Theresa May. Lundi 9 juillet, Boris Johnson  a démissionné du ministère des Affaires étrangères. Une démission qui suit de près celle de David Davis, ministre britannique pour le Brexit. Boris Johnson devrait être remplacé par le ministre de la Santé, Jeremy Hunt, qui avait soutenu le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne.

David Davis démissionne devant la perspective d'un «soft Brexit»

Le ministre du Brexit  a tiré sa révérence, dimanche. Partisan du « hard Brexit », il estime la position du gouvernement britannique trop accomodante.

 

Ces deux démissions interviennent alors que le cabinet de Theresa May s’est entendu vendredi 6 juillet sur une position commune pour les négociations du Brexit, au terme d’une réunion tenue dans la résidence de campagne de la Premier ministre, à Chequers.

Selon certaines sources, Boris Johnson aurait déclaré que les plans de Theresa May pour le Brexit revenaient à « pisser dans un violon », bien qu’il ait finalement voté pour ces derniers.

David Davis, l’ancien ministre pour le Brexit, a quant à lui écrit dans sa lettre de démission du 8 juillet que « la direction générale de cette politique nous mettra au mieux dans une position de faiblesse dans les négociations, et au pire dans une position dont on ne pourra pas se sortir. »

Il a également déclaré que les plans de Theresa May pour une zone de libre-échange entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, « donneraient à l’Union européenne le contrôle sur de larges pans de notre économie, et ne nous rendraient pas réellement le contrôle sur nos lois. »

Downing Street a confirmé après le départ de David Davis, ainsi que du vice-ministre pour le Brexit Steve Baker, que le ministre du Logement Dominic Raab remplacerait le premier à la tête du ministère.

La démission de Boris Johnson ravive les craintes que la Première ministre soit confrontée à une motion de censure, si suffisamment de parlementaires appellent à ce dernier. Dans le cas où Theresa May perdrait ce vote, Boris Johnson serait parmi les potentiels candidats pour la remplacer.

May offre des garanties sur le Brexit aux Tories frondeurs

Theresa May n’a évité le rejet de son projet législatif sur la sortie de l’UE au parlement qu’en promettant à demi-mot qu’il n’y aurait pas de Brexit sans accord avec l’UE.

Subscribe to our newsletters

Subscribe