Climat : la Chine fait pression sur les États-Unis

Le président chinois entend conserver de bonnes relations climatiques avec la France.

Le président chinois s’est engagé à défendre l’Accord de Paris. Un article de notre partenaire, le JDLE.

Le président américain n’en finit pas de ne pas se décider. Cette fois, l’objet de la procrastination présidentielle est l’adhésion des États-Unis à l’Accord de Paris sur le climat. Faut-il en sortir, comme il n’a cessé de le clamer pendant la campagne présidentielle, ou y rester ? Quitte à imposer (difficilement) quelques aménagements ?

Après de multiples renvois, la décision devait être prise, mardi 9 mai. Mais la réunion a de nouveau été repoussée sine die. Selon son porte-parole Sean Spicer, Donald Trump n’annoncera pas sa décision avant la tenue du sommet du G7, qui se déroulera les 26 et 27 mai en Italie.

De quoi irriter ses partenaires. Et notamment le premier d’entre eux : la Chine. Dans un appel au président élu français Emmanuel Macron, le président chinois Xi Jinping s’est engagé, mardi, à défendre les acquis de l’accord conclu à l’issue de la COP 21, en décembre 2015.

Voilà des mois que de nombreuses voix pressent le gouvernement chinois de prendre le leadership de la négociation sur le changement climatique. Le retrait américain pourrait favoriser un rapprochement entre l’Union européenne et Pékin. Ce pour quoi plaidait récemment Laurence Tubiana, ex-ambassadrice française au climat.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.