David Cameron soutient le polonais Donald Tusk pour présider le Conseil européen

Donald Tusk. Varsovie, 14 mai. [Kancelaria Premiera/Flickr]

Le premier ministre britannique, David Cameron, soutient la candidature du premier ministre polonais, Donald Tusk, au poste de prochain président du Conseil européen. La danoise Helle Thorning Schmidt part favorite.

En proposant le nom de Donald Tusk au sommet européen le 30 août, David Cameron espère influencer Jean-Claude Juncker, le président élu de la Commission européenne, avec un candidat qui soutient un calendrier de réforme.

Donald Tusk a précédemment expliqué qu’il ne comptait pas démissionner de son poste de premier ministre polonais. Cependant, David Cameron et Donald Tusk ont discuté par téléphone de sa candidature et du sommet le 25 août, selon le Guardian.

Le premier ministre britannique estime que son homologue polonais pourrait faire contrepoids aux idées fédéralistes du Luxembourgeois. David Cameron pense aussi que ce serait une bonne chose que le leader du plus grand des nouveaux États membres occupe une haute fonction européenne, selon le journal britannique.

Les dirigeants de centre-gauche espèrent voir un représentant de leur groupe à la tête du Conseil. La Grande-Bretagne espère quant à elle que le centre-gauche obtiendra le poste de haut représentant en la personne de Federica Mogherini, la ministre italienne des Affaires étrangères, une poste moins important.

Le 25 août, Jean-Claude Juncker a également laissé penser que Jonathan Hill, le candidat commissaire de David Cameron, n’obtiendrait pas le portefeuille de l’économie, une exigence du gouvernement britannique. Selon des sources proches de Jean-Claude Juncker au Daily Telegraph, le prochain président de la Commission européenne était déçu que la Grande-Bretagne et d’autres États membres n’aient pas présenté de femmes.

Le 26 août, des sources ont déclaré à EURACTIV que le sommet européen de samedi n’aboutirait qu’à la nomination des successeurs des remplaçants du président du Conseil et du haut représentant des affaires européennes.

 >> Lire : Le Conseil européen du 30 août ne devrait trancher que sur deux postes

La porte-parole de David Cameron a indiqué que la Grande-Bretagne soutiendrait un candidat ouvert au calendrier de réformes du premier ministre. « Alors que les discussions lors du Conseil européen de samedi approchent, notre objectif général sera d’avoir un candidat enclin à collaborer avec la Grande-Bretagne afin d’aborder nos préoccupations dans les années à venir. »

Le soutien de David Cameron à son homologue polonais montre que les relations entre Londres et Varsovie se sont manifestement détendues après que les critiques de la porte-parole de Donald Tusk vis-à-vis des plans de David Cameron visant à réduire l’accès aux aides sociales britanniques.

Un jour après la confirmation de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne, les dirigeants des 28 États membres se sont réunis à Bruxelles dans la soirée du 16 juillet. Objectif : discuter du nouveau président du Conseil européen, de celui de l'Eurogroupe et du prochain haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères.

Ce sommet s’est soldé par un échec. Aux yeux des pays d’Europe de l’Est, aucune décision ne peut être prise sur ces deux postes clés, tant qu'ils n'ont pas connaissance du portefeuille qui sera assigné à « leur » commissaire national.

Dans ce qui semble être un véritable casse-tête, les dirigeants européens se sont mis d'accord pour se rencontrer de nouveau à la fin du mois d'août afin de distribuer toute une série de postes de l'UE entre les États membres. Entre temps, chaque État membre est tenu de soumettre un candidat pour la Commission européenne.

L’ensemble de la Commission est également soumis à l'approbation du Parlement européen. Le collège des commissaires est ensuite officiellement désigné par le Conseil européen à la majorité qualifiée.

 >> Lire notre LinksDossier : hautes fonctions européennes : à qui le tour ? et notre page sur la nouvelle Commission

  • 28 août : les ambassadeurs européens se rencontrent pour préparer le sommet extraordinaire de l'UE
  • 30 août : Sommet européen extraordinaire
  • Mi-septembre :Jean-Claude Juncker envisage de remettre la liste des commissaires, ainsi que la distribution des portefeuilles
  • Octobre : le Parlement européen adopte ou rejette le collège des commissaires
  • 1er novembre : fin du mandat de la Commission Barroso II

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.