Des plans de relance à +2 °C ou +4 °C  après le coronavirus?

Les pays industrialisés vont déverser des milliards de dollars d’argent public pour relancer l’économie. Aucun programme ne s’interdit de renflouer les industries responsables du changement climatique, au risque d’accélérer le réchauffement. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Obama avait dit niet. En 2008, le président des États-Unis avait refusé que l’argent fédéral renfloue la banque Lehman Brothers. Si l’assureur AIG et General Motors furent nationalisés, l’une des plus grandes banques du monde glissa dans une faillite dont elle ne se remit pas.

La jurisprudence Lehman Brothers sera-t-elle appliquée à l’économie carbonée ? Dit autrement, va-t-on profiter des milliers de milliards de dollars et d’euros qui vont être déversés par les gouvernements et les banques centrales pour financer, enfin, la transition énergétique ou climatique, comme l’on voudra ?

Même si la réponse n’est pas encore définitive, un examen des esquisses de plan de relance annoncé permet de se faire une bonne idée du devenir du climat. Et accessoirement de nos sociétés.

Bonnes nouvelles ?

Commençons par les bonnes nouvelles. J’ai beau regarder, je n’en vois pas encore. On peut, pour le moment, les supposer. Prenons, par exemple, le plan annoncé, le 19 mars, par la Banque centrale européenne (BCE). La banque centrale de la zone euro va racheter pour 750 milliards d’euros d’obligations d’ici la fin de l’année. Ce programme s’ajoute à la ligne de 120 Md€ débloquée le 12 mars. Ces 870 milliards représentent 7,3 % du PIB de la zone euro. Un sacré coup de pouce. Reste à savoir comment il sera utilisé.

Un double discours de la BCE ?

Si l’équipe présidée par Christine Lagarde achète des obligations d’entreprise ou d’États en suivant, au hasard, les nouvelles règles d’engagement de la Banque européenne d’investissements (la banque publique européenne), cela portera un rude coup aux secteurs des énergies fossiles. La BCE aura-t-elle ce cran ? Rien ne permet de l’affirmer. D’autant que la banque de Francfort offre, parallèlement à son programme d’achat d’obligations, 3 000 milliards d’euros de liquidité à travers des opérations de refinancement, à un taux d’intérêt de -0,75 %. « Le plus bas jamais proposé », précise d’ailleurs la BCE.

En résumé, rien n’interdit de penser que l’on pourrait ne pas soutenir, de la main droite, pétroliers ou charbonniers, tout en les refinançant, de la main gauche, à taux négatif.

La transition n’est pas une condition.

Aux États-Unis, comme souvent, les lobbyistes précèdent les politiques. Et ils sont nombreux à réclamer de l’argent à la Maison-Blanche. Les restaurateurs estiment leur manque à gagner à 325 milliards de dollars, soit un peu plus que le secteur du transport (250 Md$, 232 Md€). À lui seul, Boeing réclame 60 Md $ d’aides (56 Md€), qui serviront aussi à financer le fiasco de son 737 Max. Déjà au ralenti, l’industrie exige 1 400 milliards de compensation (1 300 Md€). À cela, il faudra ajouter les demandes des compagnies aériennes, d’Adidas ou de Airbnb.

Le Green Deal subira des retards en raison du coronavirus

Les initiatives telles que la stratégie « de la ferme à la fourchette» ou celle sur la biodiversité risquent d’être retardées de plusieurs semaines. Mais les demandes de la République tchèque ou de la Pologne afin de réduire l’ambition ne seront pas suivies.

2.000 milliards de dollars

Selon les derniers décomptes, le montant du plan de relance américain pourrait dépasser les 2 000 milliards de dollars (1 863 Md€, soit 10 % du PIB). Au menu : soutiens aux entreprises, versement direct d’argent aux ménages. Et tout le monde devrait avoir sa part. Lundi 23 mars, la présidente (démocrate) de la chambre des représentants a présenté une contre-proposition au plan soutenu par la Maison-Blanche et les républicains.

Pesant plus de 1 100 pages, le programme Pelosi fixe une seule condition environnementale : l’obligation faite aux compagnies aériennes de réduire de moitié leurs émissions d’ici à 2050. Ce qui est la position officielle du transport aérien international, via l’IATA ou l’OACI. Un accord entre les démocrates et l’administration Trump semble à portée de main. Mais là encore, on ne s’oriente pas vers un Stimulus plan 2 °C compatible.

Chute des émissions allemandes

En Allemagne, aussi, on sort la grosse Bertha financière. En cumulant, les lignes de crédit permettant à la KfW de prendre des participations dans les entreprises stratégiques, de soutenir les PME, de prêter à tout va, Berlin prévoit de consacrer l’équivalent de 10 % de son PIB au soutien de son économie. Aucune condition environnementale ne conditionne, pour le moment, l’accès à ces aides publiques. Seule consolation : le très fort ralentissement de l’industrie allemande devrait faire chuter ses émissions de 40 à 120 Mt, cette année. « Ainsi, l’Allemagne aura réduit de 40 à 45 % ses émissions entre 1990 et 2020 », souligne Patrick Graichen, patron du think tank Agora Energiewende.

Au Royaume-Uni, on suit, vaille que vaille, les pistes ouvertes par les anciens partenaires européens. En conjuguant les aides annoncées par le chancelier de l’échiquier, à l’écrasement des taux d’intérêt et la création de monnaie par sa banque centrale, l’Angleterre prévoit d’injecter l’équivalent de 9 % de son PIB dans l’économie. Là encore, aucune contrainte environnementale n’a été fixée par l’administration de Boris Johnson.

Record du monde chinois

Si le doute persiste sur les plans de relance occidentaux, les masques sont, en revanche, tombés en Chine, pays à l’origine du quart des émissions anthropiques de CO2. Selon une compilation de projets réalisés par la rédaction du South China Morning Post, l’empire du Milieu s’apprête à injecter 7 000 milliards de dollars (6 520 Md€) pour relancer son économie. Record du monde : presque la moitié de son PIB de 2018.

Pas moins de 22 000 projets d’infrastructures sortent des cartons dans tout le pays. Dans le lot, des réseaux de téléphonie mobile 5G, des routes, des lignes de chemin de fer, des lignes THT et des centrales électriques au charbon. Les autorités de la seule province du Shaanxi (centre, 38 millions d’habitants) ont approuvé la construction de 8 installations, pour une capacité totale de 6,6 GWe. Elles s’ajouteront aux 206 centrales au charbon déjà planifiées. À ce rythme, estime Global Energy Monitor (une ONG californienne), la Chine brûlera, en 2035, plus de charbon qu’il n’en faut globalement pour espérer stabiliser le réchauffement à 2 °C.

Requiem pour le climat

Sont-ce là les premières notes du requiem pour le climat ? Si l’on tient à stabiliser le réchauffement à 1,5 °C ou à 2 °C, sans aucun doute. Reste à savoir à quelle vitesse le changement climatique va encore s’accélérer. Il faudra attendre la publication, début 2021, du 14e plan quinquennal chinois. Les premières moutures prévoient de stabiliser les émissions carbonées nationales en 2030. Sans qu’on sache encore à quel niveau.

Le coronavirus met la production agricole sur le devant de la scène

Alors que le divorce semblait sur le point d’être prononcé entre les Français et leurs agriculteurs, la crise du coronavirus remet le secteur au centre de l’attention. Des inquiétudes demeurent sur la main d’œuvre et le transport des denrées alimentaires.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.