Des résultats provisoires contrastés pour les alliés du FN

23 eurodéputés du Front national sont entrés au Parlement européen. Ils étaient seulement 3 entre 2009 et 2014

23 eurodéputés du Front national sont entrés au Parlement européen. Ils étaient seulement 3 entre 2009 et 2014

Les alliés historiques de Marine Le Pen au Parlement européen affichent des résultats provisoires moins bons que prévu. Sauf en Autriche, le parti de la liberté confirme cependant sa percée.

Les partis populistes européens ne seront peut-être pas les grands gagnants du scrutin européen de 2014 à l’exception du FN.

Partenaires au sein de l’Alliance européenne des libertés, le Front national, le Parti autrichien de la Liberté (FPÖ) et  le Vlaams Belang en Belgique constituent le socle d’un futur groupe parlementaire potentiel au sein de l’institution européenne.

Autre partenaire naturel de cette alliance, le leader néerlandais du Parti pour la liberté (PVV), Geert Wilders, avec qui plusieurs rencontres se sont déroulées au cours des derniers mois.  

Un groupe parlementaire

La présidente du Front national, Marine Le Pen, tente depuis plusieurs mois de fédérer ces partis d’extrême droite anti-européens dans l’espoir de constituer un groupe parlementaire.

Présentés comme les gagnants de ces élections européennes, les futurs alliés du Front national ont cependant connu un scrutin moins favorable que prévu.

Le Parti pour la liberté de Geert Wilders a essuyé une défaite électorale aux Pays-Bas, où les élections ont eu lieu jeudi 22 mai. Le parti eurosceptique avait pourtant dominé la scène médiatique tout au long de la campagne. Il devrait néanmoins perdre deux sièges au Parlement européen. Les résultats définitifs ne seront annoncés qu’après le décompte des voix dans tous les pays européens le 25 mai au soir.

En Belgique,  où les électeurs étaient aujourd’hui appelés à voter pour les élections fédérales, régionales et européennes, le Vlaams Belang est également annoncé en recul aux élections régionales.

Seul le FPÖ en Autriche opère une percée significative. Le parti d’extrême droite obtiendrait la droite en tête (27 %) et  les socialistes (24 %) avec 19,9 % des suffrages, contre 12,7 % en 2009, selon les estimations de l’institut ARGE pour l’agence de presse APA.

Suspens en France

En France, le Front national ressort en tête de la majorité des sondages d’opinion depuis plusieurs semaines.

Selon le baromètre quotidien Ipsos/Steria  réalisé pour Le Monde, le Cevipof et Terra Nova le 22 mai, Le Front national pourrait sortir vainqueur des élections avec 24 % d’intentions de vote, devant l’UMP à 21 % et le PS à 16,5 %.

En France, les premières estimations de vote seront disponibles à partir 20h.  

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER