Le coût du pass Interrail pour les jeunes Européens inquiète

Des milliers de jeunes européens pourraient voyager en train gratuitement sur le continent à leurs 18 ans. [Shutterstock]

La Commission européenne souhaite offrir un pass Interrail gratuit à 15 000 jeunes de 18 ans dès l’été prochain. Mais le budget nécessaire, 700 millions d’euros, soulève déjà des critiques.

« Découvrir l’UE », c’est le nouveau programme présenté jeudi 3 mai par l’exécutif européen et qui vise à offrir dès l’été prochain des pass Interrail à des jeunes âgés de 18 ans.

15 000 d’entre eux pourront recevoir un bon de 255 euros pour des tickets de train et d’avion. En comparaison, des billets Interrail pour des jeunes âgés de moins de 26 ans coûtent entre 200 et 479 euros, en fonction de la durée de validité choisie. Les Britanniques âgés de 18 ans sont éligibles cette année, leur participation future étant conditionnée aux négociations sur le Brexit.

Bruxelles lance une version allégée de l'InterRail gratuit pour les jeunes

La Commission a écarté l’idée, trop coûteuse, d’offrir à chaque jeune Européen un billet InterRail gratuit. Elle prévoit en revanche d’octroyer 2,5 millions d’euros à 5 000 adolescents pour voyager à travers l’Europe.

L’idée ne date pas d’hier et avait déjà été proposée par le Parlement européen. Dès 2016, les eurodéputés avaient enjoint à la Commission de donner gratuitement des pass Interrail à tout Européen pour l’anniversaire de ses 18 ans. La proposition avait néanmoins été jugée trop coûteuse par la Commission, le budget nécessaire étant estimé par cette dernière à 1.6 milliard d’euros.

La proposition de la Commission apparaît ainsi comme une main tendue au Parlement européen. Elle « montre au peuple européen que l’UE est plus qu’une “machine à faire des lois” » a souligné jeudi l’eurodéputé Manfred Weber, leader du groupe du Parti populaire européen, qui défend la mesure depuis 2016. « Nous devons continuer le combat pour étendre le champ d’application de ce projet et pour en faire une réalité à tous les Européens atteignant 18 ans », a-t-il expliqué.

Des voyages liés à la culture européenne

Tant dans sa sélection que son design, le nouveau programme veut affirmer son identité européenne. La sélection sera ainsi opérée par un jury de fonctionnaires européens, sur la base des réponses à un quizz de six questions sur la culture, la géographie, l’histoire européennes, ou encore le principe de subsidiarité. Selon une source de la Commission, les réponses seront « faciles à trouver sur Google ».

Les sites visités devront également être connectés au « patrimoine culturel européen », à des « traditions et valeurs culturelles ou sociales spécifiques », ou avoir « un intérêt historique particulier ». Les candidats auront besoin de lister les endroits où ils souhaitent voyager, mais n’auront pas à expliquer pourquoi leur choix est important en matière de culture et d’histoire européenne.

Le nombre de pass gratuits distribués par pays dépendra de l’importance de sa population, et chaque jeune aura la possibilité de voyager pendant un mois dans maximum quatre pays de l’UE.

Budget en porte-à-faux

12 millions d’euros devraient être consacrés au programme cette année. La Commission a par ailleurs proposé mercredi (2 mai) de mettre de côté 700 millions d’euros pour le programme dans le prochain cadre financier pluriannuel 2021-27. Un budget élevé qui n’a pas manqué d’attirer des critiques.

Le Forum européen de la jeunesse a ainsi estimé « décevante » la proposition de la Commission. Le lobby pour les jeunes craint que les fonds alloués à ce programme soient autant de financements perdus pour d’autres programmes de mobilité, en particulier le programme d’échange universitaire Erasmus. Le montant alloué à ce dernier devrait doubler dans la prochaine période de financement, mais l’organisation estime qu’il devrait être multiplié par dix pour répondre aux besoins.

« L’investissement dans ce nouveau projet ne doit pas être fait au détriment d’autres programmes existants (…), mais être financé par de nouvelles ressources », souligne l’organisation dans un communiqué.

Erasmus+ de plus en plus populaire en France

Le nombre de bénéficiaires du programme Erasmus + en France a augmenté en 2017, à la faveur d’une augmentation du budget du programme d’échange européen.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.