Entretiens à la chaîne pour les candidats à la Commission

Jean-Claude Juncker en train de faire passer un entretien à Kristalina Georgieva [Commission européenne]

Le nouveau président de la Commission, Jean-Claude Juncker, rencontre un à un les candidats proposés par les États membres pour la Commission. Les femmes ne représentent que 7 candidats sur 28 après la nomination de Elzbieta Bienkowska pour la Pologne.

Jean-Claude Juncker, le tout nouveau président de la Commission européenne, a commencé à s’entretenir avec les différents candidats des 25 Etats membres ; l’Italie, qui a déjà son poste avec Federica Mogherini, le Luxembourg qui est représenté par Juncker et la Belgique, qui n’a pas encore de gouvernement, sont les seuls à avoir échapper à l’entretien d’embauche pour l’heure.

L’objectif de ces entretiens est de déterminer les compétences et expériences de chaque candidat en vue d’occuper un poste au sein de la prochaine Commission européenne, selon les termes du traité sur l’Union européenne : « les membres de la Commission sont choisis en raison de leur compétence générale et de leur engagement européen et parmi des personnalités offrant toutes garanties d’indépendance ».

La mise en scène reste largement formelle; les négociations entre les pays sont suffisamment avancées pour que les postes soient pré-déterminés. Ainsi Pierre Moscovici, qui est le seul candidat à avoir été ministre des Finances dans son pays, obtiendra le portefeuille des Affaires économiques.

Le Luxembourgeois a également rencontré Federica Mogherini avant que celle-ci soit nommée par les dirigeants européens au poste de haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères, a indiqué la porte-parole de Jean-Claude Juncker, Natasha Bertaud.

Federica Mogherini, à l’instar des autres candidats à la Commission européenne, sera entendue par le Parlement européen avant que celui-ci élise le nouveau collège des commissaires dans son ensemble.

Dans un communiqué de presse, la Commission a affirmé que la liste des commissaires sera transmise au Conseil de l’Union européenne en fonction de l’avancée des entrevues entre Jean-Claude Juncker et les candidats de tous les États membres. La Belgique, qui éprouve actuellement des difficultés à former un gouvernement depuis la tenue des élections du 25 mai dernier, n’a toujours pas arrêté de candidat définitif.

Selon les médias belges, Didiers Reynders, issu du parti libéral belge wallon, le Mouvement réformateur, et ministre des affaires étrangères de l’actuel gouvernement intérimaire, est en bonne position pour être le prochain commissaire belge.

Marianne Thyssen, qui est du parti flamand de centre droit, le CD&V, est également une possible candidate au poste, aux côtés de Karel de Gucht, membre du parti libéral flamand, l’Open-VLD, et par ailleurs actuel commissaire belge.

>> Lire : La Belgique hésite entre deux candidats commissaires

Une fois la liste des commissaires dressée, Jean-Claude Juncker annoncera la distribution des portefeuilles et la manière dont il compte organiser le travail de la prochaine Commission européenne. Cette annonce devrait avoir lieu au cours de la semaine prochaine. 

À la suite du sommet européen du 30 août, le premier ministre polonais, Doland Tusk, et la ministre italienne des Affaires étrangères, Federica Mogherini, ont été désignés respectivement comme le prochain président du Conseil et le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères.

La prochaine étape se déroule dans une semaine : le président élu de la Commission, Jean-Claude Juncker, devrait annoncer la liste du collège des commissaires.

Jean-Claude soumettra ensuite une seconde liste présentant la distribution des différents portefeuilles entre les commissaires. Les États membres font actuellement pression sur le Luxembourgeois pour obtenir des portefeuilles « importants » pour leur commissaire. 

  •  9 ou 10 septembre (date estimée) : Jean-Claude Juncker devrait annoncer les membres et la répartition des portefeuilles dans la prochaine Commission
  •  1er novembre : Federica Mogherini prendra le relai au poste de haut représentant de l'Union européenne pour les affaires européennes
  •  1er décembre 2013: Donald Tusk prendra la succession à la tête du Conseil européen

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.