D’après les députés européens, l’UE et l’Afrique doivent « coopérer d’égal à égal »

L’Europe doit s’affranchir de sa relation de « donateur-bénéficiaire » avec l’Afrique et privilégier la coopération d’égal à égal, ont indiqué les législateurs du bloc dans un nouveau rapport adopté mardi (28 janvier). [EPA-EFE/OLIVIER HOSLET]

L’Europe doit s’affranchir de sa relation de « donateur-bénéficiaire » avec l’Afrique et privilégier la coopération d’égal à égal, ont indiqué les législateurs du bloc dans un nouveau rapport adopté jeudi (28 janvier).

« L’Europe et l’Afrique ont besoin l’une de l’autre ; une nécessité qui doit se refléter dans un nouveau partenariat équitable », a indiqué Chrysoula Zacharopoulou, députée européenne française (Renew Europe) auteure du document parlementaire adopté à la majorité (20 – 3).

Dans sa stratégie, la commission parlementaire du développement (DEVE) souhaite que des fonds substantiels soient réservés dans le cadre du prochain instrument financier extérieur IVCDCI.

L’Instrument de voisinage, de coopération au développement et de coopération internationale, à hauteur de 70.8 milliards pour la période 2021-2027, a pour objectif de soutenir le développement durable en Afrique, en Asie, aux Amériques, dans la région du Pacifique et aux Caraïbes.

Parmi les recommandations, les eurodéputés ont appelé l’UE à apporter un soutien financier et technique à long terme aux pays africains pour stimuler l’adaptation au climat ; de même que l’Afrique doit être soutenue par l’UE dans ses ambitions de créer une zone de libre-échange continentale.

Le rapport devrait être adopté officiellement lors de la session plénière du Parlement européen en mars avant d’être intégré dans les pourparlers UE-UA (Union africaine).

Le « partenariat stratégique » entre l’UE et l’UA aurait dû voir le jour en 2020, mais sa mise en place avait finalement été reportée en raison de la pandémie de Covid-19.

La nouvelle stratégie entre l’Afrique et l'UE doit renforcer les relations commerciales

L’Union européenne et l’Union africaine devraient utiliser le nouveau « partenariat stratégique » pour renforcer leurs relations commerciales.

« La pandémie de Covid-19 a profondément marqué le besoin urgent d’élaborer un nouveau partenariat durable et mutuellement avantageux pour les deux continents », a fait savoir Udo Bullman, coordinateur au sein de la commission DEVE pour les sociaux-démocrates (S&D).

« À l’aube du sommet UE-UA, l’approbation de la commission concernant la Stratégie africaine marque une étape essentielle vers cette direction », a-t-il ajouté.

« L’UE et l’Afrique peuvent travailler ensemble pour saisir les opportunités qui se présentent, relever ces défis, ainsi que mettre en place des actions qui garantissent la stabilité, la paix, la sécurité, les droits de l’homme, la démocratie, l’égalité entre les femmes et les hommes, la durabilité des moyens de subsistance, une croissance économique durable fondée sur des écosystèmes sains, la cohésion sociale et la bonne gouvernance », peut-on lire dans le texte de la Commission européenne intitulé « Vers une stratégie globale avec l’Afrique » et publié en mars.

L’Union Africaine n’a quant à elle pas encore publié son document de prise de position sur ces questions, mais les représentants de l’institution ont laissé entendre qu’ils tenteraient d’étoffer les conditions commerciales établies avec l’UE.

Néanmoins, Bruxelles souhaite davantage mettre en exergue les stratégies environnementales et économiques inscrites dans le Pacte vert pour l’Europe. Pour l’heure, la Direction générale de la Commission européenne chargée du portefeuille développement (DG DEVCO), qui mène les discussions, ne semble pas indiquer que l’UE améliorera ses conditions commerciales au-delà des dispositions prévues dans l’initiative « Tout sauf les armes ».

« Nous devons entamer les débats sans tabous – sécurité, migration, commerce, développement, etc. », a avancé un diplomate portugais, dont le gouvernement est à la tête de la présidence du Conseil de l’UE pour les six prochains mois.

Plusieurs diplomates africains ont reproché à l’UE de tenter de dicter ses conditions dans le cadre du partenariat.

Cependant, ces critiques ont été balayées par Janina Ochjskia, eurodéputée polonaise et porte-parole de Parti populaire européen (PPE). « À l’inverse des stratégies précédentes, la nouvelle stratégie UE-Afrique n’a pas été créée pour l’Afrique, mais avec l’Afrique, ce qui témoigne d’une coopération étroite entre les deux parties », a-t-elle expliqué.

« D’après l’UE, le partenariat avec l’Afrique devrait tisser des liens économiques fondés sur l’égalité, la confiance, les valeurs communes et la volonté sincère de créer des relations à long terme. Si l’Afrique va bien, l’Europe va bien », a-t-elle conclu.

Un partenariat UE-Afrique est nécessaire pour amorcer la transformation des systèmes alimentaires

Dans le sillage de la pandémie du nouveau coronavirus, la nécessité d’une coopération UE-Afrique est plus importante que jamais pour renforcer et transformer les systèmes alimentaires, mais il faut veiller à son équité, ont souligné les experts.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer