Coude-à-coude serré dans les élections en Catalogne

De récents sondages prédisent une égalité entre les deux principaux partis séparatistes lors des élections en Catalogne qui se tiendront le 14 février. [EFE/ PSC]

De récents sondages prédisent une égalité entre les deux principaux partis séparatistes lors des élections en Catalogne qui se tiendront le 14 février. Le candidat socialiste et ancien ministre espagnol de la Santé Salvador Illa devrait arriver en troisième place. Un article d’Euroefe.

En Catalogne, « l’effet Illa » tant attendu au sein des rangs du parti socialiste (PSOE) et du gouvernement central de Madrid pourrait saper les forces indépendantistes.

Madrid souhaitait créer un « effet d’aimant » avec Salvador Illa, un candidat catalan modéré de haut rang placé dans la course à l’échalote par le Premier ministre socialiste Pedro Sánchez.

Toutefois, les sondages d’opinion ne semblent pas du même avis. D’après une étude du Centre d’Estudis d’Opinió du gouvernement régional publiée vendredi (29 janvier), les partis indépendantistes Esquerra Republicana de Catalunya (ECR, Gauche républicaine de Catalogne) et Junts per Catalunya (JxCat, Ensemble pour la Catalogne) pourraient se retrouver dans un « coude-à-coude » serré au cours des élections.

Les candidats de tous les partis ont encouragé la population à voter par courrier en raison de la pandémie de Covid-19, qui a sévèrement touché la région de la Catalogne en particulier depuis janvier.

Cependant, le pourcentage d’électeurs indécis à l’heure actuelle demeure élevé (33,7 %), et les prévisions sont encore prématurées à ce stade, a fait savoir El Periódico de Catalunya.

Un autre sondage publié il y a quelques jours par le Centre public de recherche sociologique plaçait le parti socialiste de Catalogne de Salvador Illa (PSC) en pole position, avec 30-35 sièges au parlement régional, suivi du ECR (31-33) et de JxCat (20-27).

La candidate en tête de liste de JxCat au cours de ces élections est Laura Borràs, bien que le parti soit dirigé par Carles Puigdemont, ancien président catalan et désormais député européen demeurant en Belgique depuis 2017 à la suite du référendum raté concernant l’autodétermination de la Catalogne.

À l’époque, la déclaration unilatérale d’indépendance de la Catalogne le 27 octobre 2017 avait été jugée illégale par le Tribunal constitutionnel espagnol. Madrid avait alors émis un mandat d’arrêt européen contre M. Puigdemont et ses collègues, les accusant entre autres de « sédition » et « rébellion ».

Carles Puidgemont, Toni Comín et Clara Ponsatí – tous les trois anciens ministres régionaux et désormais députés européens – bénéficient de l’immunité diplomatique. Les mandats d’arrêt ont été provisoirement gelés, interrompant une décision définitive de la commission des affaires juridiques du Parlement européen qui devrait être présentée au printemps prochain.

Le Parlement européen reconnaît le statut d’eurodéputés à trois indépendantistes catalans

Les dirigeants indépendantistes catalans Oriol Junqueras, Carles Puigdemont et Toni Comín bénéficient du statut d’eurodéputés, stipule une note interne du Parlement européen qui sera rendue publique le 13 janvier. Un article d’Euroefe.

Une nouvelle « déclaration unilatérale d’indépendance » ?

À Madrid, les Espagnols se perdent en conjectures sur les différents scénarios des mouvements indépendantistes. Vont-ils tenter de déclarer l’indépendance de la Catalogne ? Reste à voir.

D’après les derniers sondages, l’ECR, le JxCat, le CUP et le PDeCAT pourraient obtenir 48 % de l’ensemble des voix, des résultats semblables à ceux de 2017 et des dernières années (entre 45 et 50 %).

Ces élections pourraient à nouveau diviser la population catalane, entre les pro- et les anti-indépendance.

Laura Borràs, leader de JxCat, a déclaré samedi (30 janvier) qu’elle réamorcerait les procédures de déclaration unilatérale d’indépendance que Carles Puigdemont avait gelées en 2017 si elle sortait victorieuse des élections et que le vote séparatiste surpassait les 50 %, comme de nombreux sondages le prédisent.

Il sera nécessaire que tous les acteurs du mouvement séparatiste se préparent adéquatement afin de lancer les actions requises de façon efficace, a-t-elle fait savoir.

Subscribe to our newsletters

Subscribe