La Grèce vaccine à tour de bras après la réapparition de la rougeole

Le gouvernement grec prévoit de prendre des mesures pour accroître le taux de vaccination, après le retour de la maladie dans le pays.

En Grèce, le ministre de la Santé, Vasilis Kikilias, a déclaré qu’il coopérerait avec la communauté scientifique pour accroître le taux de vaccination dans le pays et qu’il accorderait une attention toute particulière à la sensibilisation aux vaccins.

« Nous protégeons notre santé, nous protégeons notre vie », a déclaré le ministre.

« La vaccination est cruciale et elle nous concerne tous. Les vaccins protègent toute la communauté et donc tous les individus », a-t-il ajouté, soulignant que les groupes les plus vulnérables étaient une priorité.

À l’heure actuelle, la rougeole ravage encore l’Europe, bien que les campagnes de sensibilisation se soient multipliées et que la coordination européenne sur la vaccination se soit améliorée.

Un rapport récemment publié par l’Organisation mondiale de la Santé (l’OMS) révèle qu’environ 90 000 adultes et enfants ont contracté la rougeole pendant le premier semestre de 2019. Ce chiffre est deux fois plus important que celui enregistré lors du premier de l’année précédente (44 175) et il crève aussi déjà le plafond total de l’année 2018 (85 462).

La France, l’Italie, la Pologne, la Bulgarie et la Lituanie figurent parmi les pays les plus touchés.

L’OMS dévoile que le virus s’est aussi déclaré dans quatre autres pays, qui se targuaient pourtant de s’en être débarrassés : le Royaume-Uni, la Grèce, le République tchèque et l’Albanie.

Aux yeux de la porte-parole de la Commission européenne, Anca Paduraru, « l’épidémie de rougeole ne cesse de progresser et elle pose un risque, en particulier dans les zones où la couverture vaccinale n’est pas optimale. La vaccination reste la meilleure façon de se protéger contre cette maladie grave ».

Flambée de rougeole au Royaume-Uni, en Grèce, et en République tchèque

L’Europe connaît une flambée des cas de rougeole et cette maladie y ressurgit dans quatre pays, dont le Royaume-Uni, où elle était considérée comme éliminée, s’inquiète l’OMS, qui appelle à intensifier la vaccination.

Pas d’inquiétude

Toutefois, pour Maria Theodoridou, présidente de la commission nationale des vaccins, les 28 cas constatés en Grèce ne sont pas grecs. Ils concernent, en effet, des enfants Roms et étrangers ainsi que des adultes ayant récemment voyagé dans les pays touchés.

Selon elle, la formulation utilisée par l’OMS est trompeuse, car elle porte à croire que l’épidémie grappille du terrain en Grèce alors qu’elle va en diminuant. Le pays est sur la bonne voie en ce qui concerne le taux de vaccination : nombreux sont les enfants, adultes et Roms qui ont reçu le vaccin.

Elle s’est, en outre, exprimée au sujet de la communauté Rom, affirmant qu’« il fallait redoubler d’efforts pour que ces populations, qui ne vont jamais chez le médecin seules, soient vaccinées. Ce sont les docteurs qui doivent aller à leur rencontre ».

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.