Jean-Claude Juncker officiellement nommé à la tête de la Commission européenne

Jean-Claude Juncker [Conseil Européen]

Les 28 chefs d’États de l’UE ont désigné l’homme politique luxembourgeois pour diriger l’exécutif européen jusqu’en 2019.

L’ancien Premier ministre luxembourgeois est devenu vendredi 27 juin le nouveau président de la Commission européenne. Il succède à Jose Manuel Barroso qui a occupé le poste durant 10 ans, soit deux mandats d’affilée.

« La décision est prise. Le Conseil de l’Union européenne propose Jean-Claude Juncker comme prochain président de la Commission européenne », a écrit le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, sur son compte twitter.

Les dirigeants européens devaient prendre une décision délicate face à la fronde de David Cameron contre l’homme politique luxembourgeois. Confronté au Royaume-Uni à une montée des souverainistes, David Cameron a mené une campagne féroce contre l’ancien Premier ministre luxembourgeois, à la fois pour son profil de fédéraliste et parce qu’il était le candidat soutenu par le Parlement.

Large majorité

Un vote a été organisé, entre les 28 pays, dont le nombre de voix dépend du nombre d’habitants. Le système de la majorité qualifiée s’applique dans ce cas. Seuls la Hongrie et le Royaume-Uni ont voté contre Juncker, ce qui lui confère une large majorité, soit 311 votes ou 88.36 % ds suffrages. Le Parti populaire européen s’est dit confiant que cette majorité se confirme le 16 juillet prochain, ce qui est moins certain.

Des députés européens ont d’ores et déjà affirmé qu’ils ne voteraient pas pour lui, dans les rangs socialistes et Verts notamment.

Jean-Claude Juncker, 59 ans, doit en effet être confirmé par les députés européens mi-juillet et sera ensuite chargé de former son collège de commissaires, pour une prise de fonctions le 1er novembre. Les dirigeants de l’Union européenne se réuniront en outre ce jour pour un dîner informel afin de s’entendre sur les autres postes de l’UE. Le débat promet d’être nettement plus long.

Le député du PPE Manfred Weber a commenté la nomination officielle de Jean Claude Juncker à la tête de la Commission.

« La voix des citoyens européens a été entendue. En proposant le candidat qui a été le visage du Parti populaire européen tout au long de la campagne des élections européennes, les chefs d’Etat et de gouvernement ont fait un pas important vers plus de démocratie et de transparence en Europe » explique t-il.

« La nomination de Jean-Claude Juncker est un succès pour le PPE. Les électeurs européens nous ont accordé leur confiance. Ils ont fait de nous, une nouvelle fois, le groupe politique le plus important du Parlement européen. Ce qu’ils attendent maintenant de notre part, ce sont des résultats. C’est notre responsabilité. Nous avons besoin d’une Commission européenne forte, qui propose un programme de réformes pour promouvoir la croissance et l’emploi en Europe. Nous devons nous concentrer sur les grands sujets. Jean-Claude Juncker est la bonne personne pour accomplir cette tâche. Il peut compter sur le soutien plein et entier du Groupe PPE. Nous joindrons nos forces et travaillerons en collaboration étroite avec la Commission européenne, dirigée par Jean-Claude Juncker, et le Conseil, pour remettre l’économie européenne sur la bonne voie » poursuit-il.

« La prochaine étape sera le vote au Parlement européen. Nous avons confiance dans le fait qu’une large majorité d'eurodéputés approuvera la nomination de Jean-Claude Juncker, pour permettre aux institutions européennes de commencer à travailler à la mise en œuvre de leurs priorités, dans l'intérêt des citoyens européens. Il n’y a pas de temps à perdre » déclare Manfred Weber.

Le parti Vert européen s’est lui aussi félicité de la nomination de Jean Claude-Juncker au poste de président de la Commission.

 «Enfin l’Union européenne peut dépasser l'intarissable controverse suscitée par la candidature de Jean-Claude Juncker. Nous sommes très heureux que le candidat retenu soit pro-européen, favorable à plus d'intégration européenne et sensible au climat actuel en Europe où l'injustice sociale est préoccupante. Notre groupe est prêt à rencontrer M. Juncker pour entendre ses priorités. C'est seulement à l'issu de cette rencontre, en fonction de sa vision de la Commission européenne des cinq prochaines années, que nous pourrons décider ou non, de soutenir sa candidature » déclarent  Rebecca Harms et Philippe Lamberts, co-présidents du groupe des Verts/ALE au Parlement européen.

Marielle de SARNEZ, vice-Présidente du MoDem et députée européenne, a déclaré : "C'est un jour très important pour l’Europe. Pour la première fois, l’un des principaux dirigeants européens ne sera pas désigné en coulisse par les chefs d'État et de gouvernement mais dans le respect du principe démocratique. C’est une victoire du Parlement européen qui a imposé ce processus et c’est une victoire pour les démocrates qui ont constamment défendu ce principe durant la campagne.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer