Joe Biden lève les sanctions liées à Nord Stream 2 pour renouer les liens avec Berlin

Des ouvriers travaillent sur le chantier du gazoduc Nord Stream 2 à Lubmin, en Allemagne, le 26 mars 2019. [EPA-EFE/CLEMENS BILAN]

L’administration Biden a décidé de lever les sanctions contre la société qui exploite le gazoduc russe Nord Stream 2, destiné à transporter du gaz vers l’Europe. C’est ce qu’a annoncé le secrétaire d’État Antony Blinken mercredi 19 mai. Un article d’EURACTIV Italie.

Un rapport du département d’État envoyé au Congrès a conclu que la société Nord Stream 2 et son PDG, Matthias Warnig, un allié du président russe Vladimir Poutine, étaient impliqués dans des activités potentiellement soumises à des sanctions, mais qu’il était dans l’intérêt national des États-Unis de les lever.

La compagnie énergétique publique russe Gazprom, ainsi que ses partenaires occidentaux, se hâtent de terminer la construction du gazoduc. Le projet est achevé à 95 %. Un responsable américain a admis qu’il serait difficile de l’arrêter maintenant, mais que Washington continuerait à essayer. Au rythme où il est bâti, Nord Stream 2 sera terminé avant la fin de l’année, si ce n’est plus tôt.

Un signal pour Berlin

La décision de l’administration Biden se veut un geste apaisant dans le cadre de la reconstruction des relations transatlantiques, notamment des liens avec l’Allemagne, qui se sont détériorés sous la présidence de Donald Trump.

Nord Stream 2 : "Les Américains piétinent la souveraineté européenne"

Nouveau coup dur dans une longue série de controverses. Avec leur budget de la défense pour 2021, les États-Unis resserrent (encore) la vis sur Nord Stream 2. L’ingérence américaine suscite peu de réactions en Europe bien que l’avenir du projet de gazoduc soit une fois de plus plongée dans l’incertitude.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a expliqué que l’administration Biden avait retiré les sanctions contre les deux parties, mais en avait imposé de nouvelles à des entités russes et aux navires liés à Nord Stream 2. Plus précisément, le département d’État a sanctionné quatre navires russes, dont l’Akademik Cherskiy, qui, en avril, a commencé à poser des tuyaux dans les eaux danoises pour le pipeline. Il a également imposé des sanctions à cinq autres entités russes, dont le service de sauvetage maritime.

Selon Heiko Maas, la décision des États-Unis témoigne des « rapports vraiment excellents » établis avec l’administration Biden. L’Allemagne, a ajouté le ministre allemand des Affaires étrangères, « est un partenaire important sur lequel les États-Unis peuvent compter ».

« Les actions d’aujourd’hui démontrent l’engagement de l’administration en faveur de la sécurité énergétique en Europe, conformément à la promesse du président de reconstruire les relations avec nos alliés et partenaires en Europe », a déclaré Antony Blinken dans un communiqué, mercredi 19 mai.

Bien qu’il ait décidé de ne pas persévérer concernant les sanctions, le président Joe Biden reste opposé à Nord Stream 2 et a souligné à plusieurs reprises qu’il s’agissait d’une mauvaise affaire pour l’Europe. Washington craint que la Russie n’utilise le gazoduc comme moyen de pression pour accroître la dépendance de l’UE vis-à-vis de Moscou.

Les républicains mettent en garde Joe Biden contre la conclusion d'un "accord détourné" avec Berlin

Plusieurs républicains américains ont mis en garde le président Joe Biden sur la possibilité de conclure « un accord détourné » avec l’Allemagne concernant le gazoduc Nord Stream 2.

Les critiques du Sénat américain

Dans l’arène politique américaine, la décision de Joe Biden de lever les sanctions a suscité une réaction furieuse des républicains. Le sénateur Jim Risch, le doyen des membres républicains de la commission des affaires étrangères du Sénat, a déclaré que ces dérogations constituaient « un cadeau à Poutine qui ne fera[it] qu’affaiblir les moyens de pression des États-Unis avant le prochain sommet Biden-Poutine » .

Les critiques des démocrates n’ont pas manqué non plus. Joe Biden « devrait faire tout ce qu’il peut pour accomplir ce que l’administration Trump n’a pas réussi à faire pendant quatre ans : arrêter définitivement l’achèvement du gazoduc Nord Stream 2 », a déclaré le sénateur Bob Menendez, qui préside la commission.

Subscribe to our newsletters

Subscribe