La langue anglaise peut-elle sauver la Belgique de la désunion ?

Supporters belges affichant le nom de leur pays en anglais, coupe de l'UEFA 2016 à Nice, France [katatonia82]

La langue de Shakespeare permet d’esquiver les tensions linguistiques entre Wallons et Flamands. De là, à devenir officielle… Un article de notre partenaire, Ouest-France

Plus de « Belgique » ni de « België » pendant la Coupe du monde de football : « We are all Belgium » (Nous sommes tous la Belgique) disent les canettes de bière et les maillots des supporteurs. Même les célèbres Diables rouges, qui jouaient hier soir en Russie pour une place en quarts de finale, sont devenus les Red devils. Jusqu’au milieu de terrain Axel Witsel qui révèle « qu’à l’entraînement tout le monde parle anglais ». Sans gêne, parce que « le plus important, c’est qu’on est la Belgique ».

L’anglais, moyen d’esquiver l’épineux problème linguistique entre Wallons et Flamands ? « C’est un incroyable cadeau, argumente le philosophe Philippe van Parijs, qui vient de publier Belgium, une utopie pour notre temps. Parmi les six mille langues du monde, il n’y en a qu’une qui puisse prétendre se trouver à mi-chemin entre le français et le néerlandais. »

Philippe van Parijs ne propose rien moins que de faire de l’anglais la troisième langue officielle, puisque c’est déjà la deuxième langue la plus parlée dans les trois régions belges. Wallons et Flamands se parlent souvent en anglais, faute d’avoir le niveau suffisant en néerlandais ou en français. En 2015, 70 % des diplômés estimaient que leur niveau en néerlandais ne leur permettait pas de travailler, selon une étude de l’Université libre de Bruxelles.

Hélas, les Wallons, médiocres en néerlandais, maîtrisent aussi moins bien la langue de Shakespeare que les Flamands. Qui ont, eux, la réputation d’être bons en français…

Les institutions de l’UE élargissent les recrutements aux langues latines

Les candidats au concours d’entrée des institutions européennes pourront à l’avenir passer les épreuves en italien et espagnol, en sus de l’allemand de l’anglais et du français.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.