La mer Méditerranée vidée de ses bateaux de secours aux migrants

Sauvetage en mer par l'équipe de Sea-Watch. [Marcus Wiechmann/Sea-Watch.Org]

Le blocage italien du navire de l’ONG allemande Sea Watch dans le port de Catane, en Sicile, laisse pour l’instant la Méditerranée sans bateaux d’organisation humanitaire pour secourir des migrants. Un article d’Euroefe.

L’embarcation Sea Watch 3 est paralysée dans le port sicilien de Catane, depuis que les autorités italiennes ont détecté une série « d’irrégularités ». Le bateau ne pourra pas ressortir en Méditerranée tant que la situation n’est pas éclaircie.

Le parquet de Catane a ouvert une enquête, qui pour l’instant n’est dirigée vers personne en particulier, après que l’ONG a débarqué le 31 janvier 47 migrants secourus en mer douze jours plus tôt.

Ces personnes ont attendu pendant presque deux semaines qu’on leur donne un accès à un port, jusqu’à ce que l’Italie laisse l’embarcation se diriger vers Catane, suite à un accord de relocalisation des personnes sauvées entre sept pays européens.

L’enquête a été ouverte pour écarter l’hypothèse d’une supposée association criminelle destinée à faciliter l’immigration illégale. Selon les médias italiens, le procureur Carmelo Zuccaro veut déterminer si l’équipage a agi en toute légalité et identifier les possibles trafiquants de personnes.

Carmelo Zuccaro est connu dans le pays pour avoir entrepris plusieurs actions contre les ONG opérant en Méditerranée centrale et a accusé par le passé ces organisations de complicité avec les réseaux de trafiquants de personnes.

Pour l’ONG allemande, la décision de bloquer le navire n’est autre qu’un « prétexte technique pour mettre un terme aux activités de sauvetage en mer ».

Malte profite de l'urgence pour se délester de 220 migrants

Le Premier ministre maltais a annoncé un accord pour le débarquement des 49 migrants bloqués sur deux navires d’ONG allemandes et leur répartition dans huit pays européens. Il se débarrasse en passant de 220 migrants déjà accueillis à Malte.

Dernier navire de sauvetage

Le Sea Watch 3 était le dernier bateau présent en Méditerranée pour porter secours aux migrants qui tentent d’atteindre les côtes européennes dans des embarcations de fortune.

En janvier, l’ONG espagnole Proactiva Open Arms a reproché aux autorités espagnoles d’empêcher le « Open Arms » de sortir du port de Barcelone, puisque la Sécurité maritime, qui dépend du ministère du Développement, ne lui donnait pas l’autorisation d’appareiller pour la Méditerranée centrale.

Le fondateur et directeur de cette ONG, Òscar Camps, assure que son organisation respecte « toutes les obligations légales ».

Le 2 février, Òscar Camps a regretté la « persécution » dont font l’objet depuis deux ans les ONG qui sauvent des vies en Méditerranée. Une campagne qui a commencé avec les accusations selon lesquelles elles attiraient les migrants, puis les autorités s’en sont prises aux sources de financement, puis ont procédé à la formation des garde-côtes libyens.

Désormais, les États isolent les bateaux dans les ports avec des blocages administratifs « incompréhensibles » qui selon lui, ont pour but d’écarter tous témoins en Méditerranée.

Sept pays méditerranéens réclament plus de coopération avec l’Afrique

Les pays du sud de l’UE réclament un renforcement de la coopération économique avec l’Afrique afin de freiner le flux migratoire. Ils défendent par ailleurs l’idée d’un budget et d’une assurance chômage communs pour la zone euro. Un article d’Euroefe.

Une décision politique

« Tout laisse penser qu’il s’agit d’une décision politique pour éloigner les ONG de la Méditerranéequi transportent à bord des politiques, des journalistes qui mettent en lumière ce qui se passe en mer », estime Òscar Camps.

Le navire de l’ONG Sea Eye est en train de mener à bien les actions nécessaires au changement et à la mise au point de l’équipage, et prévoit de reprendre la mer dans deux semaines.

L’Aquarius est aussi à l’arrêt après que les ONG SOS Méditerranée et Médecins sans Frontières ont annoncé en décembre la fin de la mission d’un navire qui, depuis son premier départ du port de Marseille en février 2016, a porté secours à près de 30 000 personnes dans les eaux internationales.

Depuis le mois de juin, le « Lifeline » de l’ONG allemande du même nom est détenu à Malte, où il fait l’objet d’une enquête sur sa situation administrative, après le débarquement à La Valette de quelque 230 immigrants six jours plus tôt.

La petite ONG allemande Jugend Rettet a également vu son bateau « Iuventa » saisi par les autorités italiennes en août 2017, le même mois où Médecins Sans Frontières (MSF) a annulé les opérations de « Prudence » et Save the Children a fait la même chose avec « Vos Hestia ».

Un mois plus tard, l’ONG maltaise Migrant Offshore Aid Station (MOAS) a mis fin à ses activités de secours en Méditerranée, faute d’« abris garantis pour les personnes sauvées dans des ports sûrs » et s’est dirigée vers l’Asie du Sud-Est pour aider le peuple Rohingya.

Selon les données du ministère italien de l’Intérieur, 202 migrants sont arrivés sur les côtes du pays depuis le début de l’année, c’est 95,58 % de moins que les 4 566 personnes qui sont arrivées en 2018 et 4 531 personnes en 2017 durant la même période.

Subscribe to our newsletters

Subscribe