La peur de la piraterie reste forte dans le fret maritime

Les principale zone de piratage © UNOSAT

Cet article fait partie de l'édition spéciale Semaine européenne du Transport maritime.

Si le nombre total d’actes de piraterie est en retrait, les activités criminelles progressent dans certaines zones. Un coût pour le fret maritime qui s’élève à plusieurs milliards de dollars chaque année.

Début février, un marin grec a été tué lors d’une prise d’otage dans le Golfe de Guinée, au large du Nigeria, sur un tanker en train de charger du pétrole. L’attaque e du navire a finalement échoué, et les membre de l’équipage retenus en otage, libérés. Mais la peur des pirates est de retour dans le fret maritime, et ce malgré l’effondrement drastique du nombre d’attaques depuis 2012.

Le nombre d’attaques sérieuses selon les règles de l’OTAN est passé d’une grosse centaine par an à 23 en 2012, 6 en 2013 et 1 en 2014. Le nombre de navires effectivement piratés a également chuté, passante de plus de 40 à 0 en 2014, selon la même source.

Evolution des zones de piraterie après les réactions internationales

Un recul statistique qui dissimule l’évolution des types d’attaque. En effet, les zones ont changé.

L’océan indien et l’Asie du Sud-Est sont restent les zones les plus dangereuses, avec un nombre important d’incidents mois après mois; mais les tentatives de piraterie échouent désormais. Un meilleur équipement des bateaux leur permet de limiter la casse. Alarmes, armes à bord et stratégie de repli des équipages dans une seule pièce : les marins sont désormais habitués à faire face à ce risque.

La mer Rouge et le bassin somalien demeurent des zones à hauts risques, notamment en raison de l’instabilité continue de la Somalie où les milices de Al Shabab continuent de menacer potentiellement les navires.

Le golfe de Guinée, nouvelle zone de pirates

Mais c’est désormais le golfe de Guinée, où 7000 navires européens naviguent en permanence selon les conclusions du conseil européen du 17 mars 2014, qui inquiète le plus. La zone a fait l’objet d’une recrudescence de l’insécurité maritime : il y a eu plus de 30 prises d’otage en 2013, un chiffre qui a encore progressé en 2014 selon le Bureau Maritime International, alors que les actes de brigandage divers vont croissant.

La zone est d’ailleurs la préoccupation numéro 1 de l’UE en matière de piraterie. La Commission a mis en place en 2013 un programme destiné à combattre le phénomène, appelé CRIMGO. Selon l’UNODC, le bureau de l’ONU sur la drogue et le crime, « les différents types de trafics dans la région s’alimentent entre eux ». L’organisation n’écarte pas des liens entre les groupes terroristes de la région comme Boko Haram et la criminalité organisée sur le secteur maritime.

Les profits issus des actes de piraterie, principalement liés à des rançons ou à des vols de pétrole, alimentent visiblement d’autes trafics, comme la drogue et notamment l’exploitation « khat », une plante qui se mâche et dont la culture est légale au Yemen et en Somalie.

La recrudescence de l’insécurité a surtout incité à des investissements importants pour la filière maritime. Les primes d’assurance ont progressé, mais aussi les coûts de garde, ainsi que…la consommation de carburant, les navires optant pour une vitesse accrue dans les zones dangereuses. Au total, le surcoût de la piraterie pour le fret maritime peut atteindre plusieurs milliards de dollars.

Le coût du piratage représente plusieurs milliards d'euros © ONUSATLe coût du piratage représente plusieurs milliards d’euros © ONUSAT

L'Union européenne est fortement dépendante du transport maritime pour ses échanges avec le reste du monde et dans son marché intérieur.

74% des marchandises importées dans l’Union et exportées par l’Union et 37% des échanges à l’intérieur de l’Union transitent par des ports de mer.

En comparaison avec d’autres modes de transport, notamment le transport routier, le transport maritime possède des avantages tels que des coûts moins élevés et un impact moindre sur l’environnement.

Conseil de l’Union européenne

UNOSAT

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.