La première ministre danoise en bonne position pour la présidence du Conseil européen

Neelie Kroes [European Commission]

Nellie Kroes, la commissaire néerlandaise en charge de la stratégie numérique, a soutenu publiquement Helle Thorning-Schmidt au poste de présidente du Conseil européen.

« J’affirme publiquement que Helle Thorning-Schmidt serait un excellent successeur à Herman Van Rompuy au poste de président du Conseil européen », a indiqué Neelie Kroes sur Twitter le 14 juillet.

La déclaration de la commissaire néerlandaise survient à quelques jours d’un sommet européen à Bruxelles. Les dirigeants devraient discuter du remplacement de Catherine Ashton et d’Herman Van Rompuy, respectivement haute représentante de l’UE aux affaires étrangères et le président du Conseil européen. Outre son rôle de médiateur, le président du Conseil européen chapeautera les réunions des chefs d’État des Vingt-Huit.

Ryan Heath, porte-parole de Nellie Kroes a expliqué au journal Jyllands-Posten que « Helle Thorning-Schmidt est une femme politique compétente qui occupera avec succès la présidence du Conseil européen et c’est une bonne chose que plus de femmes occupent de hautes fonctions. Démocrate sociale, Nellie Kroes est d’accord sur de nombreux de domaines politiques avec elle. »

Le nom de Helle Thorning-Schmidt a circulé dans les couloirs de Bruxelles ces derniers mois. Mais il s’agit du premier soutien public qu’elle a reçu jusqu’à présent. Le premier ministre britannique, David Cameron, a quant à lui fait une plaisanterie à son sujet : il ne la soutiendra pas officiellement, car elle n’aura pas le poste si le faisait.

Selon certaines sources, la Danoise bénéficierait du soutien de l’Allemagne, de l’Italie et de la France. Paris demeure néanmoins sceptique puisque le Danemark n’est pas membre de la zone euro. La chancelière allemande, Angela Merkel, a pour sa part salué les compétences Helle Thorning-Schmidt. Elle a également laissé penser que cette haute fonction européenne pourrait revenir à un candidat-surprise.

Selon la presse française, le président François Hollande soutiendrait la Danoise en échange d’un portefeuille économique important au sein de la prochaine Commission européenne.

Le Parlement européen devrait confirmer officiellement la nomination de Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission avant le sommet européen du 16 juillet.

Si les dirigeants européens ne parviennent pas à trouver un accord sur le successeur d’Herman Van Rompuy, aucun candidat ne sera désigné avant l’automne. Le mandat du Belge prend fin en décembre 2014.

Si Helle Thorning-Schmidt décider de démissionner, Mette Frederiksen, l’actuel ministre pour l’emploi, sera son successeur le plus probable.

Contexte

Le Parlement élit à la majorité le président de la Commission sur la base d'une proposition du Conseil européen votée à la majorité qualifiée. Le choix du candidat à la présidence de la Commission devrait prendre en compte les résultats des élections du Parlement européen.

Ensemble avec le futur président de l'exécutif, le Conseil adopte ensuite la liste des autres membres du collège des commissaires. Ce sont les États membres qui proposent leur candidat commissaire. L’ensemble de la Commission est également soumis à l'approbation du Parlement européen. Le collège des commissaires est ensuite officiellement désigné par le Conseil européen à la majorité qualifiée.

 >> Lire notre LinksDossier hautes fonctions européennes : à qui le tour ? et notre page sur la nouvelle Commission

 

Prochaines étapes

  •  15 juillet : le Parlement vote officiellement la nomination de Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission.
  •  16 juillet : les dirigeants européens se réunissent à Bruxelles pour discuter des candidats au poste de président du Conseil européen et de haut représentant européen des affaires étrangères

 

Plus d'information

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.