Le CSA donne un satisfecit aux chaînes publiques sur le débat européen

(Credit: [mady70/Shutterstock])

Le manque de couverture médiatique des élections européennes notamment à la TV, a été largement pointé du doigt pendant et après la campagne des élections européennes. Le CSA considère que les chaînes publiques ont suffisamment parlé de ce scrutin.

Pendant la campagne électorale, les élus européens ont condamné le manque de couverture audiovisuelle, notamment la non-rediffusion des débats électoraux sur les chaînes françaises les 28 avril et 15 mai 2014.

Ils n’étaient pas les seuls, puisque la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, est elle aussi montée au créneau en saisissant directement le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel).

>> Lire aussi: Le gouvernement monte au créneau en faveur du débat électoral européen

Les chaînes publiques, bons élèves

Alors que les chaînes publiques ont été les plus critiquées pendant la campagne électorale, le CSA observe une couverte satisfaisante des Européennes par les chaînes nationales France 2 et France 3.

« France 2 et France 3 national ont largement ouvert leurs antennes au traitement de la campagne électorale dans la diversité des candidats » déclare le CSA dans un récent communiqué.

Le CSA donne aussi un bon point aux chaînes BFM TV, i>télé, et LCI pour leur couverture de la campagne électorale européenne.

Les mauvais élèves se trouvent du côté des autres chaînes commerciales. Dans son communiqué, le Conseil pointe du doigt TF1 et M6, qui ont respectivement consacré 41 minutes et 7 minutes d’antennes aux élections européennes.

« Le CSA regrette que TF1 et M6 n’aient pas considéré devoir accorder une exposition significative à cette actualité électorale » détaille le communiqué.

>> Lire aussi: La télé française fait l’impasse sur le débat électoral européen

Les radios ont joué le jeu

Globalement, les radios ont consacré un temps d’antennes raisonnable au débat européen selon le CSA. Particulièrement les stations régionales (Sud Radio) et les stations du service public (France Inter, France Info, France Culture). La radio RMC sort bien son épingle du jeu, avec 8 h 30 d’antennes consacrées eu scrutin européen.

Le CSA après avoir examiné le temps de parole consacré aux élections européennes sur les chaînes françaises durant les six semaines qui ont précédé le scrutin, a conclu au respect du principe d’équité et d’expression de plus de trente partis politiques sur les chaînes de télévision et radios françaises.

Respect du pluralisme

Du côté du temps de parole accordé aux candidats, le CSA assure qu’aucun n’a été surexposé, contrairement aux idées reçues. D’après les relevés détaillés du CSAle PS et l’UMP ont bénéficié du temps d’antennes le plus important. Suivi de plus loin par le FN.

Du  14 avril au 23 mai, France 2 a consacré 20,31 % de son temps d’antenne à l’UMP, contre 19,47 % pour le PS. Le parti de Marine Le Pen a quant à lui occupé 12,54 % du temps d’antenne sur la première chaine publique.

Le CSA publiera prochainement un rapport sur la dernière campagne européenne, afin de soumettre de nouvelles propositions pour mieux garantir le pluralisme politique.

La couverture médiatique française de la campagne électorale européenne a fait débat. Les échanges entre candidats à la présidence de la Commission n’ont pas fait l’objet d’une exposition suffisante selon plusieurs élus et observateurs européens. Notamment les débats des 28 avril 2014 et 15 mai.

La ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, la déplorée. « Je souhaite que les débats sur le futur président de la Commission européenne soient largement partagés à la TV. J'ai saisi le CSA » a expliqué la ministre sur son compte Twitter.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER