Les entreprises prient les dirigeants de réduire les formalités administratives

Shale gas well_smaller.jpg

Cet article fait partie de l'édition spéciale European Business Summit.

Des instruments législatifs lourds et inutiles dans les domaines du climat, de l’énergie et de l’environnement entravent la compétitivité des entreprises européennes. Les décideurs politiques doivent rééquilibrer les stratégies industrielles en faveur de la production, a expliqué Jürgen Thumman, le président de BusinessEurope, lors d’un entretien avec EURACTIV alors que l’European Business Summit (EBS) débute aujourd’hui (15 mai).

Alors que la production manufacturière de l'Europe est 10 % moins importante qu'avant la crise, la prospérité du continent est en péril. « Les décideurs politiques ne se sont pas penchés [sur ce dossier] pendant trop longtemps », a déclaré Jürgen Thumann.

Si la Commission veut que l’industrie européenne représente à nouveau 20 % du PIB total et remplisse ainsi son objectif, alors l'amélioration de l'accès aux financements et la transposition de compétences dans le domaine de l'emploi constituent des priorités pour les responsables politiques, a-t-il indiqué.

BusinessEurope met en évidence le besoin évident pour l'UE de réévaluer son approche à l'égard de sa politique énergétique en vue de stimuler la productivité, selon M. Thumann, ancien président de la Fédération de l'industrie allemande (BDI).

« Les entreprises européennes subissent les conséquences négatives des formalités administratives dans le domaine de l'environnement », a-t-il ajouté. Il a également critiqué la tendance de la Commission à mettre au point des « instruments législatifs lourds et inutiles dans les politiques sur le climat, l'énergie et l'environnement ».

Les entreprises européennes portent le fardeau de la réglementation mondiale

« Nous devons tirer les leçons très coûteuses de la politique actuelle de l'UE tout en tenant compte d'éléments "qui changent la donne" tels que la révolution du gaz de schiste et les progrès très limités dans les discussions mondiales sur le climat, par exemple », a déclaré le président de BusinessEurope, sans soutenir directement l'exploration de schiste.

À moins que la politique énergétique ne soit « concurrentielle, fiable et respectueuse du climat », l'Europe n'atteindra ni son objectif de 20 % de l'industrie dans le PIB ni ses objectifs climatiques pour 2020.

Les entreprises européennes portent le fardeau de la réglementation mondiale alors que la part de l'Europe dans les émissions de gaz à effet de serre n'est que de 10 voire 11 %, a déploré M. Thumann.

« Les politiques coûteuses de l'UE sur le climat et notre approche unilatérale n'ont pas conduit au succès du rôle de "chef de file exemplaire" que la Commission européenne avait promis », a-t-il ajouté.

Il a précisé que les entreprises européennes continuaient à s'engager dans la lutte contre le changement climatique, mais a ajouté : « L'UE doit repenser ses propres politiques en matière de climat et d'énergie à la lumière des maigres résultats des négociations de l'ONU sur le climat. »

La solution : la technologie

La technologie devrait constituer le moteur de la compétitivité énergétique, de la sécurité d'approvisionnement et de l'action pour le climat, avec l'ambition de maintenir une base industrielle solide en Europe.

Le message de M. Thumann sera probablement repris par d'autres personnalités du monde de l'entreprise lors du sommet des 15 et 16 mai. Des hommes d'entreprise et des décideurs politiques de premier plan tels que le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et le président du Conseil, Herman Van Rompuy, y participeront également.

Deux des sessions clés du sommet traiteront directement de la politique énergétique : l'une sur l'énergie en tant que « moteur de la croissance » et l'autre sur le « gaz de schiste et l'avenir de l'énergie en Europe ».

Le sommet donnera la possibilité aux dirigeants d'entreprise de renforcer les appels croissants en faveur d'un rééquilibre des politiques climatiques de l'Europe.

Les dirigeants des États membres de l'UE seront aux prises avec des dossiers tels que l'exploitation de gaz de schiste et la réduction du changement climatique lors d'un sommet sur l'énergie le 22 mai. Ils discuteront de la manière de réduire les prix de l'énergie et d'améliorer la compétitivité des industries de l'Union. 

Selon le projet de conclusions du Conseil européen, l'objectif de l'UE est de garantir « des conditions équitables pour les entreprises et l'industrie, pour qu'elles puissent être compétitives sur le marché mondial étant donné les conséquences de la fuite de carbone », entre autres.

Le commerce et les matières premières à l'ordre du jour

La « fuite de carbone » désigne la délocalisation d'entreprises européennes à l’étranger en raison de l'avantage comparatif que pourraient offrir des systèmes sur le climat moins contraignants.

Les dirigeants devraient également charger la Commission d'évaluer un « recours plus systématique à des ressources locales d'énergie conventionnelle ou non ».

Les sources non conventionnelles font généralement référence au gaz de schiste. Beaucoup estiment que ce gaz a déclenché un renouveau industriel aux États-Unis, mais plusieurs États membres de l'UE le considèrent avec scepticisme.

La politique commerciale et l'approvisionnement de l'Europe en matières premières et en ressources figurent également à l'ordre du jour du sommet commercial d'aujourd'hui.

« L'Europe dépend des importations pour presque toutes les matières premières industrielles. Nous devons donc garantir le libre-échange et des marchés mondiaux ouverts », a déclaré M. Thumann lors de l'entretien.

Pour lire cet entretien dans son intégralité, veuillez cliquer ici.

L'European Business Summit est une réunion annuelle clé à laquelle participent des dirigeants d'entreprise et des décideurs politiques. Cet évènement attire plus de 1 500 participants de plus de 60 pays, dont des commissaires et des premiers ministres européens.

  • 15-16 mai :  European Business Summit

Entreprises

European Business Summit: site Internet

Presse

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.