Les listes « gilets jaunes » se multiplient à l’approche des élections européennes

EPA-EFE/CAROLINE BLUMBERG

Avec l’annonce d’une troisième liste de gilets jaunes pour les élections européennes, la division semble guetter le mouvement. Qui a cependant réussi à faire de la fiscalité un des sujets centraux du scrutin de mai 2019 auprès des Français.

Combien y aurait-il de listes de gilets jaunes pour le scrutin européen ? Le 1er février, une troisième annonce est venue compléter les deux listes précédemment annoncées par différents représentants du mouvement de contestation.

Né en novembre dernier en réaction à la hausse de la taxe carbone, le mouvement des gilets jaunes s’est poursuivi depuis en portant sur le devant de scène politique française et européenne la crise sociale.

Le gouvernement français prêt à reculer sur la taxe carbone

Après les émeutes en marge du mouvement des Gilets jaunes, la taxe carbone adoptée sous Hollande devrait être revue à la baisse.

 

La nouvelle liste issue du mouvement des Gilets jaunes baptisée « Rassemblement des Gilets jaunes citoyens » serait emmenée par Thierry Paul Valette. L’homme se présente comme un porte-parole d’un « Comité Famine au Yémen » et fondateur d’un mouvement baptisé « Egalité nationale » selon son blog. 

La liste proposée ne comporte que quelques noms sur les 79 candidats nécessaires pour participer au scrutin européen.  Les candidats promettent d’œuvrer en faveur « d’une Europe davantage sociale et démocratique tout en limitant le dumping social ».

La question des « gilets jaunes » s’invite au Parlement européen

Les eurodéputés se sont penchés sur la question de la justice sociale dans la transition écologique. Un débat prévu dans la foulée du mouvement des gilets jaunes en France.  .

Cette liste vient s’ajouter à la première liste estampillée « gilets jaunes », celle du « Ralliement d’initiative citoyenne » (RIC), dont la tête de liste est l’une des figures phares du mouvement, Ingrid Levavasseur. Mais en seulement quelques jours, cette liste de 10 noms a déjà connu deux défections ainsi que le retrait temporaire de son directeur de campagne, Hayk Shahinyan.

Autre liste annoncée dans la foulée, celle du niçois gilet jaune Patrick Cribouw. Ce dernier entend porter des idées notamment en matière d’immigration et de souveraineté. La liste baptisée Union jaune demeure en construction, puisqu’aucun autre nom de candidat n’a été annoncé pour le moment.

Une crise sociale plane sur les élections européennes

Les gilets jaunes en France et en Belgique pourraient bien être la partie émergée de l’iceberg d’un plus grand bouleversement social avant les élections européennes.

Si aucune des listes annoncées n’est pour l’instant finalisée, elles ont d’ores et déjà déclenché des réactions parfois hostiles de la part des gilets jaunes, attachés pour beaucoup à l’aspect apolitique du mouvement.

Autre figure des gilets jaunes, Benjamin Cauchy avait également désapprouvé la création d’une liste sur France Info. « Le mouvement des ‘gilets jaunes’ est un mouvement transpartisan, qui réunit de l’extrême gauche à l’extrême droite depuis plusieurs semaines sur les ronds-points. Je m’inquiète de la ligne politique que pourrait avoir une liste ‘gilets jaunes’ aux européennes » avait-il mis en garde.

Intentions de vote

Selon un sondage réalisé par Elabe le 23 janvier pour l’BFMTV/L’Opinion, une liste « gilets jaunes » pourrait recueillir  13% des votes des électeurs français. Un score qui la placerait en 3e position, derrière La République en Marche (22,5% des intentions de vote) et le Rassemblement national (17,5%).

Dans cette configuration, c’est le RN qui perdrait le plus d’électeurs au profit de la liste gilet jaune, avec un recul de 3 points. Un effet de vase communiquant qui s’explique par une logique de vote similaire.

Ainsi, les électeurs potentiels de la liste des gilets jaunes expliquent leur choix par le mécontentement vis-à-vis de la politique de l’exécutif (54%), le soutien aux idées de la liste (23%) et mécontentements vis-à-vis de l’UE (15%), des critères de votes assez proches de ceux des électeurs potentiels du RN, mais aussi de ceux de la France Insoumise.

Au-delà des intentions de vote, les revendications de justice fiscale portées par le mouvement des gilets jaunes semblent avoir fait grimper le sujet dans l’ordre des priorités des Français.

Ainsi, le sujet est cité comme thème prioritaire par 28% des répondants, soit une hausse de 14 points depuis novembre 2018, souligne le sondage.  Une prise de conscience qui hisse la fraude fiscale – dont le coût est évalué  entre 60 et 80 milliards d’euros par an en France – au rang des autres préoccupations prioritaires du scrutin européen, telles que le climat, la lutte contre le terrorisme, l’immigration et la croissance économique.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.