Les pays du sud veulent une politique européenne de la défense

EU nato.jpg

Cet article fait partie de l'édition spéciale Budget UE 2014-2020.

L'Espagne, l'Italie et le Portugal proposent de contribuer à un budget européen de la défense. La coordination du secteur militaire serait une réponse à la crise économique. Un article d'EURACTIV Italie.

Ces trois pays se font l'écho des appels du secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen. Le diplomate plaide en faveur d'une politique européenne de la défense. Selon les ministres espagnol, italien et portugais de la défense, l'UE a besoin d'une répartition plus stratégique des investissements du secteur militaire entre les États membres.

Les trois responsable réclament une stratégie européenne de la défense, qui s'accompagnerait d'une redéfinition de la relation entre l'UE et l'OTAN dans ce domaine.

Mario Mauro, le ministre italien de la défense, affirme qu'une différenciation des rôles entre les deux organisations les rendrait plus efficaces dans le maintien de la sécurité sur la scène mondiale.

Les 28 États membres dépensent actuellement plus dans le domaine de la défense que la Chine, le Japon et la Russie réunis. Une aberration, d'autant que ces trois pays ont augmenté leur budget de la défense de plus de 100 % ces dix dernières années, alors les États membres l'ont progressivement réduit.

Selon M. Mauro, l'Europe est pénalisée par rapport à l'Asie faute de politique européenne commune qui permettrait de maximiser les ressources de chaque pays. La crise est aussi passée par là: la réduction des dépenses des Etats européens rend de plus en plus incohérent le double emploi des équipements militaires. La redistribution des fonds dans la recherche et l'emploi serait plus que nécessaire selon lui.

De surcroît, le Proche-Orient et l'Afrique du Nord présentent des risques d'instabilité dans le voisinage immédiat de l'Europe, à l'instar de l'Europe orientale il y a vingt ans.

« Notre proximité avec ces pays nous pousse à promouvoir une proposition commune qui définit les priorités de nos pays en amont du Conseil européen de décembre », précise le ministre italien. Les trois ministres de la défense sont convaincus que le secteur militaire pourrait stimuler l'économie européenne grâce à des technologies disponibles pour les industries civiles.

La politique de sécurité et de défense commune (PSDC) a été lancée dans les années 1990. Mais il n'existe toujours pas de dépenses européennes ni de budget européen dans le domaine de la défense.  La crise des dépenses publiques entraîne des coupes dans les budgets de défense. De 2001 à 2010, les dépenses de l’UE dans le domaine de la défense ont chuté de 251 milliards d’euros à 194 milliards d’euros.

Le problème de la contraction des budgets de défense est aggravé par la fragmentation, qui conduit à des doubles emplois inutiles au niveau des capacités, des organisations et des dépenses. Selon une étude de la Fondation Bertelsmann sur la valeur ajoutée des dépenses de l'UE, en intégrant les armées de terre, les États membres économiseraient entre 3 et 9 milliards d'euros par an. Ils disposeraient de 600 000 soldats de l'armée de terre, contre 890 000 à l'heure actuelle.

La fragmentation entraîne des doubles emplois au niveau de la conception et de la fabrication des équipements de la défense ainsi que des normes différentes. Elle entrave le développement de systèmes de soutien logistique commun et diminue l'interopérabilité militaire.

  • 5-6 septembre : réunion informelle des ministres européens de la défense
  • 19 novembre : réunion des ministres de la défense
  • 19-20 déc. : la communication pourrait être approuvée lors du sommet de l'UE

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.