Les Verts misent sur un « New deal » écologique aux élections européennes

greens_party_convention_european_greens_electoral_campaign_elections.jpg

En difficulté dans les sondages, le Parti vert européen (PVE) a approuvé un manifeste commun pour la campagne des élections européennes lors d'une convention rassemblant les délégations nationales.  

Quelque 200 personnes se sont rassemblées à Bruxelles afin d'assister au lancement officiel de la campagne du Parti vert européen pour les européennes en mai 2014.

L'eurodéputée allemande et tête de liste de la campagne, Ska Keller, aux côtés de son homologue français José Bové, a déclaré à ses collègues du Parlement : « C'est un grand honneur de lancer la campagne européenne avec vous aujourd'hui. Ensemble, transformons les ouragans [économiques et sociaux] qui ravagent l'Europe en des zéphyrs de changement écologique ! »

Les Verts ont obtenu de mauvais résultats dans les sondages dans nombre d'États membres. En France, une étude OpinionWay réalisée pour LCI et Le Figaro mi-février créditait Europe Ecologie-Les Verts de 9% des intentions de vote pour les élections européennes. Le parti français avait recueilli 16,3% des votes lors des élections de 2009.

Aujourd'hui quatrième force politique au sein du Parlement européen, les Verts pourraient ainsi perdre leur place lors des cinq prochaines années.

« Notre plus grand défi aujourd'hui était de motiver nos forces et de faire face aux mauvaises nouvelles provenant des sondages, » a confié à EURACTIV Monica Frassoni, co-présidente du groupe des Verts/ALE. « La campagne doit encore être menée et des évènements comme celui-ci sont très importants pour mobiliser la base du parti ».

Un « New deal vert »

Le parti a présenté son matériel de campagne, dont une série d'affiches frappées du slogan « Changez l'Europe, votez Vert ». Les affiches peuvent être adaptées en ligne par les partis nationaux, mais aussi par les sympathisants.

L’élément principal de la convention était l'adoption d'un manifeste : un programme commun qui sera utilisé par les partis nationaux lors des campagnes nationales.

Le texte donne les détails d'un « New deal vert » dédié à la création d'emplois verts et au développement d’une économie durable en Europe. La justice sociale constitue aussi une priorité dans le programme commun des Verts. Ils critiquent en effet l’austérité imposée par l’UE pour lutter contre la crise, ainsi que le manque de ressources mises sur la table en vue de soutenir des stratégies de création d'emplois.

Les Verts ont aussi dénoncé la décision des dirigeants européens quant à l'autorisation d'aliments OGM sur le marché européen ainsi que la remise en cause des normes sociales et environnementales dans le cadre des négociations actuelles sur l'accord de libre-échange avec les États-Unis (PTCI).

Monica Frassoni a assuré que les partis verts en Europe pourraient gagner la campagne s'ils ont une stratégie convaincante pour sortir de la crise : « Bien des partis ont des idées, mais notre idée d'une reconversion verte de l'économie constitue une excellente stratégie pour l'Europe. Deuxièmement, notre approche de l'intégration européenne est un projet profondément positif. »

Une version définitive du manifeste sera publiée au début de cette semaine, selon les déclarations des représentants du parti des Verts.

Après l'Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ADLE), les Verts sont le deuxième parti à avoir adopté leur manifeste lors d'un congrès électoral. À la fin de cette semaine, le Parti des socialistes européens se réunit à Rome pour le lancement de sa campagne. Le Parti populaire européen, quant à lui, tiendra son congrès le 6 et 7 mars prochains à Dublin.

Des primaires à la campagne

Les Verts ont mis sur pied les « premières primaires » au sein d'un parti européen, en sélectionnant deux figures de proue pour représenter leur parti. Ces primaires en ligne ont duré de novembre à fin janvier.

Selon Ska Keller, « les primaires étaient un échauffement – maintenant nous sommes prêts. L'Europe a besoin de solutions écologiques ; sortons et luttons; changeons l'Europe ». La jeune Allemande a été élue avec l'eurodéputé français José Bové pour porter la campagne des Verts dans le cadre des européennes.

Les deux têtes de liste sont aussi candidats à la présidence de la Commission, poste occupé actuellement par José Manuel Barroso. Mais de l'aveu même des représentants du parti, ils n'ont aucune chance d'y accéder.

>> Lire le LinksDossier d'EURACTIV :  Hautes fonctions européennes : à qui le tour ?

José Bové était même absent lors de la convention électorale de samedi. Les représentants du parti ont expliqué qu'il manifestait contre la construction de l'aéroport de Notre-Dame des Landes à Nantes. Ska Keller a donc dû motiver seule les troupes.

Des résultats de mauvais augures

Les Verts espèrent conserver leurs sièges dans des pays tels que la Suède, le Royaume-Uni et l'Autriche afin de maintenir leur présence au Parlement européen.

Mais les véritables terrains de lutte politique pour le parti seront principalement en France et en Allemagne. Ces deux pays cristallisent tout l'enjeu des élections européennes pour le parti, s'il veut inverser la tendance électorale qui lui est défavorable. Europe Ecologie – Les Verts a actuellement 15 sièges au sein du Parlement européen. Mais selon les derniers sondages de PollWatch, le parti français pourrait obtenir seulement 5 sièges en mai prochain. En Allemagne, même chose, l'Alliance 90 – Les Verts pourrait perdre 3 sièges, ce qui ferait chuter leur nombre à 11.

« Mais ne confondons pas les sondages avec le jour des élections, » a temporisé Ska Keller. En 2009, le parti vert français était confronté à des résultats similaires, mais a réussi à inverser la tendance. Ska Keller a ainsi incité la délégation française lors de la convention à réitérer l'exploit de 2009.

Monica Frassoni, de son côté, a nuancé les nouvelles négatives, et a confié à EURACTIV « qu'il était très difficile de prévoir ce qui allait se passer dans beaucoup de pays. Nous pensons qu'une campagne européenne peut être très utile en Espagne, en Hongrie et dans quelques autres pays, mais nous essayons de mener une campagne au niveau européen ainsi que d'offrir notre aide ».

Les Verts doivent faire face à de fortes pressions provenant de l’aile gauche. Les derniers résultats ont montré que la Gauche unitaire européenne/gauche verte nordique pourrait obtenir plus de sièges au Parlement européen que les Verts.

La convention de samedi a montré que les Verts pourraient pointer leur flèche au centre de l'échiquier politique. « Le PPE ne porte aucun intérêt aux questions sociales en Europe. Ils représentent le bras parlementaire des intérêts des lobbys, » a déclaré Ska Keller devant le public. « Le S&D est le parti des opportunités manquées…Et les Libéraux pensent toujours que le marché pourra remédier à tout. Rendez-vous à l'évidence, vous autres, Libéraux : votre temps est révolu », a-t-elle lancé.

Les élections européennes seront organisées dans tous les États membres en mai 2014. Le traité de Lisbonne, entré en vigueur le 1er décembre 2009, prévoit que le Parlement européen élira le président de la Commission sur la base d'une proposition du Conseil qui tiendra compte des élections européennes (Article 17, alinéa 7 du TUE). Cette disposition s'appliquera pour la première fois dans le cadre des élections de 2014.

 

Le Parlement européen et de nombreux spécialistes ont incité les partis à désigner leur tête de liste pour les campagnes électorales. Les élections européennes seront de facto une course à la présidence de la Commission. Les campagnes pourraient être plus politisées et le taux de participation des électeurs pourrait grimper.

 

Dans les mois à venir, les partis traditionnels devront préciser leurs programmes communs, fondements de leur campagne commune et des partis nationaux dans les campagnes nationales.

 

Pour plus d'informations, lisez nos sur les linkdossiers élections et les hautes fonctions européennes.

  • 28 févr. - 1er mars 2014 : congrès du PSE à Rome
  • 6-7 mars 2014 : congrès du PPE (centre-droit) à Dublin
  • 22-25 mai 2014 : élections européennes parmi les 28 États membres de l'Union européenne

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.