L’indépendance de la télévision publique tchèque menacée à l’approche des élections

« Je suis inquiète pour la télévision tchèque », a admis la commissaire européenne tchèque Věra Jourová lors d’un récent débat en ligne sur l’État de droit. [KENZO TRIBOUILLARD/EPA]

La société de diffusion du service public de la télévision tchèque est actuellement menacée. En effet, après que la commission de surveillance – qui contrôle les activités de la télévision, nomme le directeur général et approuve le budget – a été soudainement démise de ses fonctions en novembre, le vote du Parlement de la semaine dernière laisse entrevoir un remplacement prochain de l’actuel directeur général de la chaîne, Petr Dvořák.

« Je suis inquiète pour la télévision tchèque », a admis la commissaire européenne tchèque Věra Jourová lors d’un récent débat en ligne sur l’État de droit organisé par le groupe de réflexion Europeum.

La commission électorale du parlement tchèque, dominée par le parti ANO au pouvoir, a déjà sélectionné 12 candidats finaux qui se présenteront aux postes de conseillers de la télévision tchèque.

Comme la majorité des candidats sont critiques à l’égard de la direction actuelle de la chaîne nationale, on s’attend à ce que le Conseil remplace l’actuel directeur général quelques mois seulement avant les élections parlementaires d’octobre, une décision qui a déjà été critiquée par les partis d’opposition ainsi que par la direction actuelle de la chaîne.

« L’objectif n’est pas de changer une personne à un poste de direction, mais de changer toute la télévision tchèque, son comportement et son fonctionnement », a prévenu l’actuel directeur général Petr Dvořák dans une interview au quotidien Hospodářské noviny.

« Ils peuvent essayer d’écraser personnellement toute la télévision. L’institution aura officiellement l’apparence d’une institution indépendante, mais elle reflétera leurs intérêts [politiques]. La même chose s’est produite en Pologne », a ajouté M. Dvořák.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer