Viktor Orbán adoucit la déclaration des pays du groupe de Visegrád contre la Russie

Le Premier ministre Viktor Orban et le président russe Vladimir Poutine se serrent la main lors de leur conférence de presse conjointe en octobre 2019. [EPA-EFE/Zoltan Mathe]

Les pays du groupe de Visegrád (V4) – la République tchèque, la Pologne, la Slovaquie et la Hongrie – ont approuvé lundi (26 avril) une déclaration officielle condamnant l’opération militaire secrète russe récemment révélée en République tchèque, à savoir l’explosion d’un dépôt de munitions en 2014. Mais ils ont rejeté une version plus sévère de la déclaration, jugée inacceptable par le Premier ministre hongrois Viktor Orbán.

La version initiale de la déclaration rédigée par la Pologne était beaucoup plus dure, appelant à l’annulation du projet de gazoduc Nord Stream 2 et exprimant un fort soutien à l’Ukraine et au Belarus. Elle affirmait que le Nord Stream 2 aurait « un effet négatif sur la sécurité énergétique de l’Europe ».

Les républicains mettent en garde Joe Biden contre la conclusion d'un "accord détourné" avec Berlin

Plusieurs républicains américains ont mis en garde le président Joe Biden sur la possibilité de conclure « un accord détourné » avec l’Allemagne concernant le gazoduc Nord Stream 2.

La Slovaquie a déjà décidé d’expulser trois diplomates russes par solidarité avec la République tchèque et la Pologne est en proie à un conflit diplomatique de longue date avec Moscou.

La Russie a jusqu’à présent expulsé cinq membres du personnel de l’ambassade de Pologne à Moscou après que la Pologne a déclaré trois diplomates russes personae non grata pour avoir violé leur statut diplomatique. La Hongrie n’a pas annoncé de mesures similaires contre la Russie jusqu’à présent.

Contrairement à son homologue polonais, M. Orbán a entretenu de bonnes relations avec le président russe Vladimir Poutine et s’est montré très critique à l’égard des sanctions prises contre la Russie à la suite de l’annexion de la Crimée.

Par ailleurs, la Hongrie est actuellement le seul pays de l’UE à utiliser le vaccin russe COVID-19 de Spoutnik V, tandis que la Pologne reste une critique acerbe du régime russe.

En raison de la position hongroise, la déclaration finale de solidarité du V4 avec la République tchèque a été raccourcie.

« Avec le Premier ministre de la République tchèque, nous condamnons fermement les actions illégales et violentes menées par les agents des services de renseignement russes. Nous ne laisserons pas ces activités diviser l’Europe. Les pays du groupe de Visegrád sont déterminés à prendre des mesures avec les autres États membres de l’Union européenne pour renforcer notre résilience », ont déclaré les premiers ministres du V4.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a déclaré que pendant la présidence polonaise du V4, l’activité du groupe en matière de politique orientale a couvert un certain nombre de sujets, notamment la situation en Biélorussie et l’empoisonnement du chef de l’opposition russe Alexei Navalny.

M. Morawiecki a également confirmé qu’une vidéoconférence entre les ministres des Affaires étrangères du V4 et du Partenariat oriental aura lieu dans un avenir proche.

Le président Zeman reste silencieux sur le différend tchéco-russe

Alors que République tchèque connaît le plus grand différend diplomatique de son histoire moderne et joue actuellement un « jeu d’expulsion » avec la Russie, le président tchèque Miloš Zeman – connu pour ses opinions pro-russes – reste silencieux sur la question.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer