Un printemps sous haute pression pour la politique française

(Credit:[roibu/ Shutterstock])

Le résultats des municipales et un remaniement ministériel prévu lundi promettent d’animer la première semaine d’avril. L’UMP doit aussi -enfin- annoncer ses listes de candidats pour les élections européennes, dont la campagne débutera vraiment la deuxième semaine d’avril.

Le second tour des élections municipales s’annonce compliqué pour la majorité, après un premier tour qui a vu la droite remporter la majorité des voix.

>>Lire Revers cinglant du gouvernement pour les municipales

Le projet de remaniement ministériel, qui traîne depuis plus l’été 2013, devrait être finalisé à cette occasion, et sans doute dès lundi 31 mars au soir.

La progression de l’électorat Front National aux municipales, si elle se confirme, incite le gouvernement à faire évoluer le casting de l’exécutif. Certains parient sur le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, connu pour ses positions arrêtées sur l’immigration et les Roms, pour diriger le gouvernement.

Pour les questions européennes, le remaniement ne sera pas anodin à quelques semaines des élections européennes.

Le Quai d’Orsay est le second ministère, après Bercy,  qui devrait subir une cure d’amaigrissement. Sept ministres et ministres délégués  gèrent les finances de l’État, et alors que le prochain gouvernement se veut resserré, il est peu probable qu’ils restent en si grand nombre.

Les 5 portefeuilles des affaires étrangères pourraient aussi être concentrés.  Thierry Repentin, l’actuel ministre des Affaires européennes est un proche de la première heure de François Hollande, certes. Mais il y en a d’autres. Et si le poste des Affaires européennes est peu susceptible d’être supprimé, contrairement à ceux de ses collègues (Français de l’étranger, aide au développement et francophonie), il est loin d’être certain que l’équipe reste la même.

Laurent Fabius, l’actuel ministre des Affaires Etrangères souhaite récupérer le Commerce Extérieur, qui est pour l’heure à Bercy sous la houlette de Nicole Bricq, un ministère délégué qui sera probablement supprimé.

Partenariat transatlantique et négociations climatiques aux mains du Quai d’Orsay

C’est par son ministère que passaient jusqu’alors les questions d’accords commerciaux internationaux, y compris le fameux traité transatlantique (TTIP) en discussion avec les États-Unis. La question de la diplomatie économique très en vogue, reviendrait alors en pleine lumière.

Cette hypothèse ferait du Quai d’Orsay un quasi Premier ministre bis. En plus de la négociation du TTIP, il sera chargé d’un dossier symboliquement lourd, qui est l’organisation du sommet sur le climat en 2015 à Paris.

>>Lire La majorité rêve Paris en capitale du climat

Pierre Moscovici, l’actuel ministre de l’Économie et des Finances semble convoiter un poste au niveau européen depuis plusieurs mois, et pourrait être remplacé. « Arnaud Montebourg à la tête des finances du pays ne donnerait pas forcément un très bon message à Bruxelles » estime une source à Bercy. Si Arnaud Montebourg pouvait rester dans la future équipe, ce devrait donc être à un autre poste.

Les candidats pour les élections européennes enfin dévoilés à l’UMP

Le principal parti de droite française a été très absorbé par les élections municipales ces dernières semaines. Il a aussi promis de divulguer, début avril, les listes de ses candidats pour les élections européennes. « La campagne pourra enfin commencer sérieusement » assure un candidat.

Les premiers débats importants entre candidats aux européennes démarrent la deuxièmes semaine d’avril. Le risque de montée des extrêmes pour les élections européennes devrait nourrir les débats, tout comme la question du plus ou moins d’Europe. 

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER