Le 26 mai, votons pour la Renaissance de la ruralité en Europe

DISCLAIMER: Toutes les opinions affichées dans cette colonne reflètent l'avis de l'auteur, pas celle d'EURACTIV.COM Ltd.

Jean-Baptiste Moreau

Face à l’Europe des nations, vantée par les extrêmes, une autre Europe est possible : une Europe du vivre-ensemble qui s’appuie sur ses territoires.

Jean-Baptiste Moreau est  éleveur et élu LREM de la Creuse. Il cosigne cette tribune avec deux candidates LREM, Valérie Hayer, 19ieme , et Irène Tolleret, n°9 sur la liste Renaissance.

L’Europe d’après-guerre n’est pas l’Union européenne d’aujourd’hui: au besoin de reconstruire une paix économique entre des nations déchirées, nous sommes aujourd’hui confrontés au besoin d’une paix sociale et environnementale entre nos territoires. Partout en Europe, la prise en compte de la ruralité est un enjeu de cohésion sociale et territoriale.

La ruralité a un rôle à jouer dans notre projet pour la Renaissance de l’Europe car c’est une chance pour tous nos territoires.

L’image de nos territoires ruraux doit changer. La crise des gilets jaunes l’a montré : nous voulons partout plus de proximité avec notre administration. Ce sentiment de décrochage est encore plus fort avec nos administrations européennes. Pourtant l’Europe contribue tous les jours à préserver notre qualité de vie : c’est grâce à l’Europe que certains projets de développement voient le jour dans les territoires ruraux. Même si elle est perfectible, c’est grâce à la PAC que nous avons une agriculture reconnue comme la plus durable au monde avec des fermes à taille humaine telles que nous les connaissons en Creuse, en Occitanie ou en Mayenne. Les agriculteurs sont les jardiniers de nos paysages, ils méritent des politiques publiques ambitieuses et stabilisées.

L’Europe doit se renouveler. Elle est sclérosée depuis des années par le bipartisme au Parlement européen. Ces années de consensus mou ont manqué d’ambition et ont débouché sur de l’immobilisme. Nous allons constituer un groupe central d’une centaine de députés sans lequel aucune majorité ne sera possible.

Nous avons reçu de nombreux soutiens: les Premiers ministres socialistes portugais et espagnols, le parti démocrate italien et la tête de liste socialiste allemande ont soutenu la tribune du Président Macron. Nous sommes nombreux à vouloir faire renaître le projet européen.

Nous avons tiré les leçons : depuis un mois, nos candidats Renaissance sillonnent la France pour parler d’Europe dans les territoires. C’est à partir du terrain que doivent naitre les questions qui seront discutées au sein du prochain Parlement européen !

C’est l’Europe des villages que nous voulons voir émerger. Près d’1 citoyen sur 4 vit dans un territoire rural: ce sont ces voix que les candidats de notre liste Renaissance porteront.

Grâce à cette nouvelle majorité nous œuvrerons pour la convergence fiscale sociale et environnementale dont nous parlons depuis longtemps mais qui a très peu avancé.  Nos artisans, nos dirigeants de PME, nos agriculteurs savent combien les distorsions entre les pays européens sont prégnantes au sein du marché commun. Nous devons absolument y remédier sous peine de voir l’UE imploser à l’image du Brexit. Pour cela, nous devons mieux valoriser nos savoir-faire artisanaux et défendre nos petites et moyennes entreprises et nos paysans qui font tous les jours vivre nos territoires.

Le 26 mai, votons pour redonner un vrai rôle aux acteurs de nos régions. Le 26 mai, votons pour redonner de la force à la ruralité.

« La nouvelle PAC doit prendre en compte l’impact environnemental des fermes »

L’agriculture polonaise est surtout constituée de petites exploitations. Une agricultrice bio livre ses attentes vis-à-vis de la nouvelle PAC à Euractiv Pologne.

 

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.