Le monde change, l’Europe doit s’unir

DISCLAIMER: Toutes les opinions affichées dans cette colonne reflètent l'avis de l'auteur, pas celle d'EURACTIV Media network.

Les Européens doivent s’unir pour peser dans un monde où les puissances se recompose, en direction de la Chine et l’Inde. Une opinion publiée par notre partenaire, Ouest-France

Christian Lequesne est professeur de sciences politiques à Sciences po Paris, ancien directeur de son Centre d’études en relations internationales (CERI) et spécialiste des questions européennes. 

Le refus de tout accord pour lutter contre le changement climatique, les attaques répétées à l’encontre du multilatéralisme commercial et la dénonciation de l’accord sur le nucléaire conclu avec l’Iran ont amené Trump à réaliser une prouesse diplomatique : faire douter unanimement les Européens de leur allié américain. Avec Trump triomphe la politique américaine des gros bras, méprisant ses amis de toujours, qu’ils soient européens ou canadien.

Trump déclare la guerre commerciale à l'Europe

Donald Trump a confirmé l’application des droits de douane sur l’acier et l’aluminium européens. La guerre commerciale est déclarée.

Pendant ce temps, la Chine assoit sa puissance économique et militaire en revendiquant, à l’inverse des États-Unis, l’internationalisme. Le président Xi Jinping est devenu le chantre du libre commerce et du multilatéralisme. Ceci ne l’empêche nullement de mater tous ceux qui s’opposent à son pouvoir chez lui, car le libre marché n’a jamais signifié la démocratie. Quant à la Russie, celle de Vladimir Poutine joue l’internationalisme a minima dans le but de conserver son pouvoir en interne. La politique étrangère de Poutine consiste à montrer aux citoyens russes que leur pays est respecté en agitant de temps en temps le bruissement des bottes, que ce soit en Ukraine ou en Syrie.

Et l’Europe ? Est-elle à la hauteur des atouts de sa puissance ? Plus que jamais, le changement du monde devrait inviter les Européens à se poser cette question avec force. Mais à l’inverse, beaucoup en Europe préfèrent se regarder le nombril et se replier derrière leurs frontières nationales. Les partis politiques qui prônent la nostalgie des vieux États-nations font d’excellents scores à toutes les élections.

« L’Europe : quel numéro de téléphone ? »

Vue de New-Dehli ou de Pékin, l’Europe doit sembler terriblement « petite bourgeoise » : ses habitants possèdent un modèle social parmi les meilleurs du monde, mais ne cessent de hurler à la moindre réformette. L’Europe manque de main-d’œuvre en raison de sa démographie déclinante, mais est incapable de penser l’immigration autrement que comme un psychodrame.

Il est temps que les Européens s’unissent en prenant acte des changements du monde. La Chine et l’Inde n’en sont plus à copier les technologies européennes, mais produisent au quotidien de la valeur ajoutée technologique. Les Européens représentent aujourd’hui 500 millions d’habitants dans un monde de 7 milliards. Dans quatre décennies, ils seront toujours le même nombre dans un monde qui en comptera 10 milliards.

L'UE envisage une plainte à l'OMC contre la Chine sur la propriété intellectuelle

Les pratiques discutables de la Chine en matière de propriété intellectuelle chiffonnent l’exécutif européen.

Si l’Europe veut être respectée et avoir voix au chapitre, elle n’a qu’une solution : agir ensemble pour sauver sa puissance. Si l’Europe est d’ores et déjà respectée au plan commercial et monétaire, c’est parce qu’elle a réussi à se doter d’une représentation unie dans ces deux domaines. Si, à l’inverse, elle n’est pas prise au sérieux en matière de défense et de sécurité, c’est parce qu’elle n’est jamais parvenue à dépasser la dispersion que le secrétaire d’État Kissinger pointait déjà du doigt en son temps : « L’Europe : quel numéro de téléphone ? »

>>Lire la suite sur Ouest-France.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer