Alexeï Navalny arrive à Berlin sous la protection de la police fédérale allemande

capitals

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

BERLIN

M. Navalny arrive à Berlin. Actuellement dans le coma à la suite d’un empoisonnement présumé, Alexeï Navalny, fervent détracteur de Vladimir Poutine et militant anticorruption, est arrivé à Berlin pour être soigné à l’hôpital de la Charité de la ville pendant le week-end, au cours duquel il sera placé sous la protection de la police fédérale allemande. (Sarah Lawton, Euractiv Allemagne)

PARIS

Le plan de relance est reporté. Alors que le plan de relance « est prêt » selon le porte-parole du gouvernement français Gabriel Attal, l’exécutif du pays a décidé de donner la priorité à la préparation de la rentrée scolaire. Très attendus par les entreprises, les détails du plan de 100 milliards d’euros seront désormais annoncés début septembre au lieu du 25 août promis. L’opposition a toutefois critiqué ce report. « Il est nécessaire de donner la priorité à COVID-19 (…) avant la rentrée scolaire et la reprise du travail », a expliqué le ministre de la Santé Olivier Véran. (Anne Damiani, Euractiv France)

LONDRES

Les plans d’urgence de Johnson. Le gouvernement du Premier ministre britannique Boris Johnson élabore des plans d’urgence si un deuxième pic de coronavirus venait à coïncider avec un Brexit sans accord. Selon un document du cabinet du Premier ministre, divulgué au Sun, le « pire scénario envisageable » du gouvernement prévoit la possibilité d’une pénurie de médicaments, de carburant et d’électricité, tandis que l’armée pourrait être obligée de larguer des vivres sur les îles anglo-normandes et la marine pourrait être déployée afin de prévenir les affrontements entre les pêcheurs britanniques et les bateaux de pêche européens dans les eaux britanniques. (Benjamin Fox, Euractiv.com)

BRUXELLES

Le nombre d’infections par COVID-19 diminue, mais pas à Bruxelles. Dans la semaine du 14 au 20 août, une moyenne de 493,3 infections par jour a été enregistrée, selon les données de l’institut de santé Sciensano. Il s’agit d’une diminution de 15 % par rapport à la semaine précédente, le nombre moyen de nouvelles infections ayant diminué pour le huitième jour consécutif. (Alexandra Brzozowski, Euractiv.com)

VILNIUS

Conférence internationale sur la Biélorussie. Au cours du week-end, la Lituanie a accueilli une conférence internationale de deux jours sur la situation en Biélorussie, organisée par le Parlement lituanien, le ministère lituanien des Affaires étrangères, le Parlement européen et diverses organisations internationales, à laquelle ont participé des hommes politiques, des politologues et l’opposition biélorusse.

« Alors que le peuple biélorusse se bat pour ses droits, pour des élections démocratiques, pour la capacité d’influencer les événements dans son propre pays, pour le soutien de la part des pays de la région et des institutions européennes démocratiques, mais aussi pour le soutien transatlantique », a déclaré la députée européenne polonaise Anna Fotyga à l’agence de presse polonaise PAP. « Nous voulons écouter le peuple biélorusse ».

ROME

La Sicile défie Rome sur la question des migrants. Dimanche (23 août), le gouverneur de Sicile, Nello Musumeci, a signé une ordonnance fermant les centres de migrants de l’île et interdisant l’arrivée de nouveaux migrants afin de freiner la propagation du coronavirus.

« D’ici lundi minuit, tous les migrants se trouvant dans les foyers du virus et dans tous les centres d’accueil de Sicile devront être transférés vers des structures situées en dehors de l’île », a déclaré M. Musumeci, notant qu’« il n’est pas possible de garantir une visite de l’île tout en respectant les mesures visant à prévenir la propagation des infections ». (Valentina Iorio, Euractiv Italie)

ATHÈNES

Une semaine cruciale. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, se rendra à Athènes mardi (25 août) pour des entretiens sur la Turquie avec son homologue grec, Nikos Dendias. Le même jour, il se rendra également à Ankara, où l’Allemagne encourage le dialogue entre les deux pays, dont les relations se sont considérablement détériorées en raison de forages gaziers en Méditerranée orientale.

Les 27 et 28 août, une réunion des ministres européens des Affaires étrangères permettra de discuter d’une « boîte à outils d’options » que la Commission présentera afin de gérer l’agression de la Turquie dans la région. Athènes a demandé des sanctions visant l’économie turque. Cependant, au moins publiquement, les fonctionnaires de l’UE évitent d’utiliser le mot « sanctions ». Il semble également qu’il n’y ait pas d’unanimité au sein du Conseil pour imposer des sanctions. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

NICOSIE

Le dialogue ou le tribunal. Le ministre chypriote des Affaires étrangères, Nikos Christodoulides, a déclaré hier que la Turquie devrait soit s’asseoir et discuter de la délimitation des frontières maritimes, soit porter l’affaire devant les tribunaux internationaux.

« Si la Turquie se sent aussi confiante dans sa position juridique et que ses actions sont fondées sur le droit international, cette proposition permettra d’examiner ces arguments devant un tribunal. Ankara ne peut pas continuer à utiliser la politique de non-reconnaissance de Chypre comme prétexte pour ne pas participer à ces négociations », a déclaré M. Christodoulides. (Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com)

SOFIA

46 jours de manifestations antigouvernementales en Bulgarie. Dimanche 23 août a marqué le 46e jour d’affilée de manifestations en Bulgarie, où des milliers de manifestants continuent d’appeler à la démission du gouvernement et du procureur général. Le président Rumen Radev demande également à la démission du gouvernement et souhaite « l’exclusion de la mafia du pouvoir exécutif et du ministère public ». (Krassen Nikolov, Euractiv Bulgarie)

LJUBLJANA

Des vacances en Croatie ? Le gouvernement slovène a décidé jeudi de mettre la Croatie sur sa « liste rouge » compte tenu de la situation épidémiologique du pays, portant un coup inattendu à plusieurs centaines de milliers de touristes slovènes en Croatie.

Alors que les voyageurs slovènes rentrant de Croatie devront désormais rester en quarantaine pendant 14 jours, le porte-parole du gouvernement slovène Jelko Kacin a passé toutes ses vacances sur l’île croate de Krk et y est retourné le week-end précédant l’annonce, après avoir séjourné en Slovénie. (Željko Trkanjec, Euractiv Croatie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer