Angela Merkel souhaite placer Günther Oettinger au Commerce

La chancelière allemande espère que Günther Oettinger reçoive le portefeuille du commerce dans la nouvelles Commission. [CE]

La chancelière allemande espère que Günther Oettinger reçoive le portefeuille du commerce dans la nouvelles Commission. [CE]

La chancelière allemande, Angela Merkel, souhaite que l’on assigne le portefeuille du commerce au candidat allemand. À la grande joie de l’industrie allemande. Un article d’EURACTIV Allemagne.

« Angela Merkel fait en sorte que Günther Oettinger reçoive le portefeuille du commerce », selon plusieurs sources européennes citées par le magazine économique Wirtschaftswoche.

Si Angela Merkel arrive à concrétiser ses espoirs, Günther Oettinger deviendra le négociateur en chef sur le controversé partenariat transatlantique pour le commerce et l’investissement (TTIP).

Les chambres du commerce et de l’industrie allemandes (DIHK) ont assuré que Günther Oettinger serait « très utile » au poste de commissaire au commerce.E n plein milieu de la crise ukrainienne et du conflit irakien, le TTIP a besoin d’un signal fort, ont-elles poursuivi.

« Le commerce est un portefeuille clé pour nous. Nous soutiendrions le choix de Günther Oettinger au poste de commissaire au commerce », a expliqué dans un communiqué à EURACTIV Allemagne Volker Treier, directeur général adjoint à la DIHK. Le candidat au poste de commissaire allemand a un vrai penchant pour l’industrie, la concurrence économique et en particulier, pour l’économie sociale de marché , a-t-il indiqué.

« La valeur de Günther Oettinger est inestimable surtout pour une économie orientée vers l’exportation comme l’Allemagne », a-t-il ajouté.   

Volker Treier accordera sa confiance à l’Allemand au poste de commissaire en charge du commerce. « On aurait tort de le sous-estimer, étant donné qu’il a démarré son mandat avec le portefeuille de l’énergie », a-t-il précisé.

L’Allemagne aurait un peu plus de probabilités d’obtenir ce poste par rapport aux autres pays demandeurs, comme l’Espagne, la Finlande, la Lettonie et la Slovaquie. En effet, Angela Merkel n’a proposé personne pour le poste de haut représentant de l’UE aux affaires étrangères ou de président du Conseil européen.

Énergie ou commerce ?

Jusqu’il y a peu, les négociations à Bruxelles se sont focalisées sur la question de savoir si Günther Oettinger allait rester le commissaire en charge de l’énergie.

« En règle générale, la Commission fait en sorte qu’un commissaire ne devienne pas trop puissant dans un domaine particulier », a indiqué Götz Reichert du Centre de politique européenne (CEP).

Cette citation a un lien avec les mauvaises expériences sous la commission Santer, a-t-il expliqué. À la fin des années 1990, l’ensemble de la Commission a été contraint de se retirer à la suite d’allégations de corruption.

Les États membres devraient désigner leur candidat à la Commission d’ici la fin juillet. Jusqu’à présent, plus de la moitié des pays n’ont pas tranché la question.

>> Lire notre infographie : le casting casse-tête de la future Commission européenne

Lors du prochain sommet européen du 30 août, les États membres espèrent déterminer qui va recevoir quel portefeuille.

Jean-Claude Juncker, le nouveau président désigné de la Commission, a fait part de son intention d’augmenter le nombre de femmes au sein du prochain exécutif européen.

>> Lire : Jean-Claude Juncker recherche des candidates pour la Commission

Jusque maintenant, seulement une femme a été officiellement désignée : la ministre tchèque pour le développement régional, Vera Jourova.

Après leur désignation, chaque commissaire fera l’objet d’une audition devant le Parlement européen en septembre.

Martin Schulz, président du Parlement européen, a récemment annoncé que l’hémicycle n’accepterait pas une Commission européenne composée en grande partie d’hommes.

Le Parlement élit le président de la Commission sur la base d'une proposition du Conseil européen votée à la majorité qualifiée.Le choix du candidat à la présidence de la Commission devrait prendre en compte les résultats des élections du Parlement européen.

Ensemble avec le futur président de l'exécutif, le Conseil adopte ensuite la liste des autres membres du collège des commissaires.Ce sont les États membres qui proposent leur candidat commissaire. L’ensemble de la Commission est également soumis à l'approbation du Parlement européen.Le collège des commissaires est ensuite officiellement désigné par le Conseil européen à la majorité qualifiée.

 >> Lire notre LinksDossier hautes fonctions européennes : à qui le tour ? et notre page sur la nouvelle Commission

  • Été : les dirigeants nationaux désignent leurs commissaires à Bruxelles.Le nouveau président distribue les portefeuilles entre les 27 commissaires.
  • 30 août : sommet européen pour prendre une décision sur les candidats à la Commission européenne et au Conseil européen.
  • Septembre : les futurs commissaires font l'objet d'auditions individuelles au sein des commissions du Parlement
  • Octobre : le Parlement européen votera ou rejettera la candidature du collège des commissaires
  • Novembre 2014 : fin du mandat d'Herman Van Rompuy, président du Conseil européen
  • 1er novembre 2014 : fin du mandat de la Commission Barroso II

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER