Les pays baltes veulent éviter des sanctions à la Pologne

Les Premiers ministres de Lettonie, Lituanie, Estonie et de Pologne se sont rencontrés à l’occasion d’une conférence de presse conjointe le 9 mars 2018. [EPA-EFE]

La Lettonie, la Lituanie et l’Estonie s’opposent aux sanctions de l’UE contre la Pologne pour violation de l’état de droit. Un article d’Euractiv Pologne.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec ses homologues polonais, lituanien et estonien, le Premier ministre letton, Maris Kuczinskis, a déclaré que les trois pays baltes s’opposaient à toute sanction contre la Pologne ».

Le Premier ministre de Lettonie apelle au contraire à continuer les négociations avec l’exécutif européen.

Son homologue lituanien, Saulius Skvernelis, a demandé de promouvoir « le dialogue et la recherche d’une solution de compromis », ajoutant « nous comprenons les objectifs de la Pologne liés à la réforme du système judiciaire ». Il a déclaré que « s’il y a des mesures restrictives contre la Pologne, la Lituanie soutiendrait le pays ».

Katainen juge l’érosion de l’état de droit plus inquiétante que le Brexit

L’UE est prête à faire des compromis sur plusieurs points, notamment sur le Brexit. Mais pas sur les menaces « plus inquiétantes » envers l’état de droit et à la liberté de la presse selon le vice-président de la Commission.

Jurim Ratas, le Premier ministre estonien, a souligné que la Pologne était un partenaire très important pour son pays, à la fois au sein de l’UE et de l’OTAN, ainsi qu’en termes de relations économiques. « Tous les canaux de communication doivent être utilisés et le dialogue et la coopération doivent être maintenus ». Pour lui, un retrait du droit de vote de la Pologne serait « un pas de trop ».

Leur homologue polonais, Mateusz Morawiecki, a remercié le trio balte pour son soutien et leur a assuré que la Pologne essaierait de « parvenir à un accord ». Le président du Conseil des ministres de Pologne s’est rendu à Vilnius après une visite à Bruxelles, où il avait présenté un livre blanc contenant des explications détaillées sur les réformes judiciaires.

« Je pense que dans les mois et les trimestres à venir, nous pourrons convaincre nos partenaires qu’une réforme est possible », a ajouté le politicien polonais.

Les eurodéputés votent pour l'activation de l'article 7 contre la Pologne

Les eurodéputés se sont prononcés hier en faveur de l’activation contre la Pologne de l’article 7, qui vise à la sauvegarde de l’état de droit dans le pays.  Un article d’Euractiv Pologne.

Les grands esprits se rencontrent

Lors de la rencontre, les dirigeants se sont penchés sur la coopération UE-OTAN, ainsi que le développement d’infrastructures régionales d’énergie et de transport.

Les quatre ministres ont enfin discuté de sujets figurant au programme actuel de l’UE, qu’il s’agisse du cadre financier pluriannuel ou du partenariat oriental.

« Cette réunion a montré à quel point nos opinions se rejoignent sur de nombreuses questions essentielles pour l’avenir de cette région d’Europe », a déclaré Mateusz Morawiecki lors de la conférence de presse.

« Nous avons abordé des sujets très importants pour nous, tels que la sécurité, le marché intérieur, le futur budget de l’UE et les migrations. Nous nous sommes penchés sur les transports, un paquet mobilité ou l’approfondissement des principes du marché unique européen », a-t-il ajouté. « Je suis très heureux que nous ayons pratiquement parlé d’une seule voix. »

Mateusz Morawiecki a souligné que l’OTAN était « une alliance clé pour assurer la sécurité de cette partie du monde et qu’il est nécessaire de renforcer l’Alliance sur son flanc oriental ». « Nous souhaitons une augmentation du budget européen après 2020, avec des ressources propres, si nécessaire  », a-t-il souligné. Les quatre ministres se seraient mis d’accord sur l’avenir de la politique agricole commune, la politique régionale de l’UE et les fonds structurels.

Mateusz Morawiecki a mentionné la route de l’ambre, une ancienne voie de commerce entre le nord et le sud de l’Europe. « Nous voulons reprendre la route, la reconstruire grâce à de réels investissements », a-t-il annoncé, se référant aux projets routiers et ferroviaires comme la Rail Baltica et la Via Baltica.

Coopération renforcée entre la Pologne et la Lituanie

Il a mentionné les accords signés avec la Lituanie sur le renforcement de la coopération dans le domaine de l’énergie et des transports, avec le lancement du ferry Szczecin-Klaipeda par exemple.

Par ailleurs,a Pologne se dit prête à participer à un projet très important pour les pays baltes : le raccordement au réseau électrique européen. Grâce à cela, les pays baltes pourraient s’affranchir des infrastructures russes et biélorusses et intégrer enfin le réseau européen.

Nord Stream 2, un instrument de pression politique pour la Russie?

Le ministre estonien des Affaires étrangères craint que le projet de gazoduc Nord Stream 2, très controversé, entre la Russie et l’Allemagne, ne devienne un « instrument de pression politique ». Un article de notre partenaire, Der Tagesspiegel.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.