Après 16 mois de crise, la Belgique voit-elle enfin le bout du tunnel ?

Après 16 mois de crise, les dirigeants politiques belges sont parvenus à débloquer la situation en formant un nouveau gouvernement mercredi (30 septembre). [EPA-EFE/STEPHANIE LECOCQ]

Après 16 mois de crise, les dirigeants politiques belges sont parvenus à former un nouveau gouvernement mercredi (30 septembre). Le roi devrait nommer le ministre des Finances intérimaire Alexander De Croo comme nouveau Premier ministre.

Alexander De Croo, un libéral flamand (Open VLD), devrait prêter serment et présenter le programme du gouvernement belge aux législateurs jeudi (1 octobre), le premier jour d’un sommet européen auquel il devrait assister

M. De Croo sera le premier Premier ministre de Belgique flamand depuis 2011.

Après des semaines de discussions, sept partis politiques ont convenu de former une coalition majoritaire pour remplacer l’administration intérimaire de la libérale francophone Sophie Wilmès (MR), qui a dirigé la Belgique pendant les six mois de la crise liée au Covid-19.

La coalition « Vivaldi » se compose des familles socialiste, libérale et écolo ainsi que des chrétiens-démocrates flamands.

« Ce qui semblait impossible, ce qui a mis tant de temps, trop de temps à arriver est un fait : le gouvernement fédéral est formé », a déclaré le futur Premier ministre Alexander De Croo lors d’une conférence de presse conjointe avec son co-formateur Paul Magnette.

« Cet esprit là, de travailler ensemble et de trouver des solutions, c’est ce que j’ai ressenti dans les négociations. Un pays solidaire, prospère où tout le monde peut apporter pour trouver un meilleur résultat. Dans les années qui viennent, nous aurons besoin de tout le monde pour répondre aux attentes de la population », a-t-il ajouté.

« Nous vivons dans un beau pays, dans lequel nous pouvons faire plus en unissant nos forces », a conclu M. De Croo dans sa déclaration.

Pour sa part, Paul Magnette a exprimé son « profond soulagement » à la fin d’« une crise trop profonde qui a abimé confiance de nos citoyens ».

Les négociations budgétaires s’enlisaient dernièrement, aboutissant finalement à l’élaboration d’un plan de 3,3 milliards d’euros pour les politiques nouvelles, complétés par 1 milliard d’euros pour les investissements et 1 milliard d’euros pour les mesures temporaires.

Dans le cadre du nouvel accord gouvernemental, les négociateurs de la coalition ont convenu d’augmenter le budget des soins de santé de 2,5 % par an et de porter la pension minimale à 1 500 euros, y compris pour les indépendants, selon De Standaard.

Un commissaire Covid-19 sera nommé pour gérer la crise sanitaire, car la Belgique compte l’un des taux de mortalité par habitant les plus élevés au monde et le nombre de décès dans le pays a dépassé les 10 000 mercredi.

En outre, deux ministres du nouveau gouvernement devront préparer la réforme de l’État post-2024, indique VRT Nieuws. Elle sera liée à un grand débat citoyen « sans tabous » sur le fonctionnement de la Belgique et la répartition des compétences, ce qui n’exclut pas techniquement une refédéralisation.

Par ailleurs, le parti nationaliste flamand (N-VA), qui a obtenu la plus grande part des voix en 2019 avec 16 %, ne fera pas partie de la nouvelle coalition gouvernementale. Il en va de même pour le Vlaams Belang, un parti d’extrême droite ayant obtenu 12 % des voix lors des dernières élections.

Les deux partis ont déjà annoncé des plans pour « organiser leur résistance » face au futur gouvernement.

« Nous combattrons ce projet sur terre, sur mer et dans les airs. De l’Opgrimbie à La Panne. Arborez-vous aussi votre drapeau et postez une photo », a écrit Theo Francken (N-VA) sur Twitter.

La Belgique était sous administration intérimaire depuis le début de la crise sanitaire en mars 2020 et sans gouvernement à part entière depuis décembre 2018, lorsque la coalition dirigée par le libéral francophone Charles Michel s’est effondrée en raison des avis divergents du gouvernement fédéral sur le Pacte des Nations Unies pour les migrations.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer