Biélorussie : Charles Michel convoque un sommet européen extraordinaire

epa08547442. Le président du Conseil européen, Charles Michel. EPA-EFE/YVES HERMAN / POOL

Ce mercredi, les chefs d’État et de gouvernement du navire européen s’entretiendront pour déterminer la position à adopter face à la situation en Biélorussie. Vendredi 14 août, l’UE annonçait être prête à infliger des sanctions. Un article d’Euractiv Allemagne.

Ce lundi 17 août, Charles Michel a déclaré sur Twitter qu’un sommet européen extraordinaire se tiendrait le 19 août à 12 h afin de s’entendre sur l’approche à prendre face à la crise que traverse la Biélorussie.

« Le peuple de la Biélorussie a le droit de décider de son avenir et d’élire librement son dirigeant. Les violences contre les manifestants sont inacceptables », a-t-il commenté.

Lors du sommet, le bloc européen accordera ses violons afin d’adopter une position commune. À l’heure actuelle, aucune information officielle n’a été dévoilée à cet égard. Néanmoins, au cours d’une visioconférence ce vendredi 14 août, les ministres européens aux Affaires étrangères ont déclaré à l’unisson que de nouvelles sanctions pourraient être imposées. Celles-ci devraient condamner les personnes responsables des violences contre les manifestants et les acteurs à l’origine de la fraude électorale présumée.

L'UE sanctionne le régime au Bélarus et cherche l'apaisement avec Ankara

L’Union européenne a donné vendredi 14 aout son feu vert pour sanctionner la répression au Bélarus après la réélection contestée du président Alexandre Loukachenko et a cherché l’apaisement avec la Turquie.

Ainsi, les personnes concernées par ces sanctions ciblées pourraient être interdites de voyage ou voir leurs comptes geler. À la fin de la réunion de vendredi, la Commission européenne a été sommée de rédiger une liste de noms, qui doit encore être approuvée par les États membres. Peut-être le sera-t-elle lors du sommet du sommet extraordinaire de mercredi ?

Ce lundi, le Parlement européen a également réclamé des sanctions. Dans un communiqué, le Parti populaire européen (PPE), l’Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D), le groupe Renew Europe (Renew), des Verts/ALE et des Conservateurs et réformistes européens (CRE) ont demandé que la liste des personnes à sanctionner soit établie le « plus vite possible » afin de geler leurs avoirs et les interdire de voyager au sein de l’UE.

De plus, les députés européens ont appelé l’UE à cesser immédiatement l’octroi de subventions au régime biélorusse et aux entreprises publiques et à venir en aide à la société civile. Ils ont également proposé qu’un envoyé spécial de l’UE soit nommé afin de procéder à un transfert pacifique du pouvoir.

Biélorussie : Heurts violents à Minsk après la victoire de Loukachenko

La police a dispersé par la force des foules de manifestants après l’annonce des résultats donnant le président sortant Alexandre Loukachenko à près de 80 %.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer