La Croatie veut défendre la politique régionale durant sa présidence de l’UE

Photo: Goran Mehkek / CROPIX [Goran Mehkek / CROPIX]

Le plus jeune membre de l’UE compte militer pour un maintien du budget de la politique de cohésion lors de sa présidence du Conseil de l’UE.

Lors d’une conférence à Zagreb, M. Plenković (PPE) a déclaré que la présidence croate se concentrerait sur « une Europe qui se développe, une Europe qui connecte, une Europe qui protège et une Europe qui a de l’influence ». Il a aussi affirmé qu’une « Union plus forte » était la meilleure solution pour surmonter les défis auxquels le monde est confronté à l’heure actuelle, ajoutant que la présidence du Conseil de l’UE était un tournant historique pour son pays.

La Croatie, qui a rejoint le bloc en 2013, célèbre ses 29 ans d’indépendance et lors de la cérémonie, Premier ministre a souligné que cette présidence prouvait que le pays était passé d’une nation déchirée par la guerre à un acteur international stable et membre de l’UE et de l’OTAN.

En outre, l’ancienne cheffe des affaires étrangères, Marija Pejčinović Burić a été élue secrétaire générale du Conseil de l’Europe au début de cette année et l’ancienne maire de Dubrovnik et eurodéputée, Dubrava Šuica, a été nommée vice-présidente de la Commission européenne chargée de la démocratie et de la démographie.

« Guidé par ses racines chrétiennes, ses traditions et sa culture, le peuple croate a toujours exprimé son affection et son appartenance au navire européen. Pour nous, l’Union européenne est un projet de paix et d’espoir », a indiqué Andrej Plenković.

Budget européen

D’après lui, le budget à long terme de l’UE — le cadre financier pluriannuel (CFP) — est l’une des priorités sur lesquelles la Croatie planchera dès le début de sa mandature, le 1er janvier.

Le pays fait partie du groupe des « Amis de la cohésion », qui vise à maintenir le pourcentage du budget alloué à la cohésion et à contrôler la participation des États membres aux projets financés par le Fonds de cohésion. Le taux minimum de cofinancement est actuellement de 15 %, mais certains États membres souhaitent le porter à 30 %.

Zagreb insiste sur le fait qu’elle ne serait pas en mesure de remplir ses obligations dans la plupart des projets si cette augmentation avait lieu.

Selon le Premier ministre, des efforts seront déployés pour renforcer le pilier européen des droits sociaux. Les Balkans occidentaux bénéficieront également d’une position particulière à la présidence.

La Croatie s’intéresse de près à aux mesures qui stimuleront le taux de natalité de l’UE : la moitié des États membres sont en effet confrontés à d’énormes problèmes démographiques, la plupart en Europe de l’Est.

Parmi les autres objectifs du pays figurent l’amélioration de la connectivité et le renforcement des libertés et de l’accès à la justice.

« Nous avons besoin d’une Europe qui se connecte. Le numérique, le transport et l’énergie doivent encore être développés. Une meilleure connectivité implique une infrastructure de données plus efficace et plus sécurisée », a maitenu M. Plenković, ajoutant que la sécurité interne sera également à l’ordre du jour.

« Nous préconiserons une coopération plus étroite des États membres dans la lutte contre le financement du terrorisme. Il est nécessaire de mieux connecter tous les systèmes d’information dans le domaine des affaires intérieures », a-t-il insisté.

En ce qui concerne les migrations, le Premier ministre a annoncé qu’une réforme du régime d’asile européen commun (RAEC) et une meilleure coopération avec les pays tiers étaient primordiales.

« Nous devons renforcer nos capacités en matière de cybersécurité et combattre les infox », a-t-il conclu.

La Croatie a coordonné sa présidence conformément au nouveau programme stratégique du Conseil européen pour 2019-2024 et aux orientations politiques de la Commission européenne.

La Finlande prévoit une présidence verte de l'UE

Aux commandes de l’UE jusqu’à la fin de l’année, la Finlande veut faire adopter l’objectif de neutralité carbone d’ici à 2050, développer le marché intérieur numérique et renforcer la coopération militaire.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.