La présidence portugaise du Conseil de l’UE a fait avancer « beaucoup de dossiers législatifs »

Selon le représentant, l’une des caractéristiques de la présidence portugaise aura été d’avoir considéré chaque État membre comme important, en les impliquant tous dans les discussions – une stratégie qui a porté ses fruits et dont Lisbonne « devrait être fière ». EPA/OLIVIER HOSLET

La présidence portugaise du Conseil de l’UE a fait avancer beaucoup de dossiers législatifs, dont certains étaient même bloqués depuis des années, d’après le représentant permanent adjoint du Portugal auprès de l’Union européenne, Pedro Lourtie.

« Ces six derniers mois, la présidence tournante portugaise est parvenue à faire avancer et même approuver de nombreux dossiers dans tous les domaines ministériels, dont certains étaient bloqués à la table des négociations du Conseil depuis des années », a fait savoir M. Lourtie.

Selon le représentant, l’une des caractéristiques de la présidence portugaise aura été d’avoir considéré chaque État membre comme important, en les impliquant tous dans les discussions – une stratégie qui a porté ses fruits et dont Lisbonne « devrait être fière ».

Parmi les exploits majeurs du Portugal figure une proposition du Conseil sur la transparence pour les grandes multinationales, comme présentée par la Commission européenne en 2018 à la suite de l’affaire des « Panama Papers ». Pour rappel, il s’agit de la plus grosse fuite d’informations jamais exploitée par les médias au sujet d’un système d’évasion fiscale à l’échelle planétaire et concernant un grand nombre de personnalités politiques notamment.

L’élargissement de l’UE pourrait être un « exploit majeur » sous la présidence tournante slovène

Le ministre portugais des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva, a déclaré jeudi (24 juin) que l’amorce des négociations d’adhésion à l’UE avec la Macédoine du Nord et l’Albanie serait « un exploit majeur » de la prochaine présidence tournante slovène du Conseil de l’UE.

« En six mois, la présidence portugaise est parvenue à faire approuver une position du Conseil à la majorité ; à entamer par la suite les négociations avec le Parlement européen ; et à conclure la proposition de manière constructive entre les équipes de négociations des deux institutions. Il s’agit là d’une petite révolution sur le plan de la transparence fiscale pour les grandes multinationales. »

La présidence portugaise, comme les deux précédentes sous la Croatie et l’Allemagne, a tout de même été tourmentée par la pandémie de Covid-19, a-t-il admis, faisant référence au fait que l’ensemble des réunions et négociations a dû se faire à distance. Toutefois, le Comité des représentants permanents (COREPER) n’a jamais cessé le présentiel.

« Ce n’était pas chose facile, mais je pense que nous sommes parvenus à surmonter toutes les difficultés logistiques engendrées par la pandémie », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne les évènements phares de la présidence, M. Lourtie a sélectionné le sommet social de Porto comme plus grand moment du semestre.

« Le sommet social de Porto a replacé le socle européen des droits sociaux et le plan d’action pour sa mise en œuvre au centre de nombreuses politiques […] La présidence portugaise a ainsi œuvré avec le président du Conseil européen et la présidente de la Commission européenne pour ce faire », a-t-il fait remarquer.

Au sujet des dossiers ayant laissé un goût quelque peu amer à Lisbonne, le diplomate a évoqué la proposition législative visant à coordonner les systèmes de sécurité sociale.

« Nous voulions clore le sujet, mais ainsi vont les négociations avec le Parlement européen. À l’époque, les conditions n’étaient pas remplies. Il était donc impossible de terminer le dossier, malgré les efforts de la présidence portugaise reconnus de tous, les États membres et la Commission européenne », a-t-il indiqué.

La présidence portugaise du Conseil de l’UE se termine le 30 juin. Lisbonne passera alors le flambeau à Ljubljana.

La relance économique offre la possibilité d'améliorer le marché unique européen

Le marché unique de l’Union européenne est encore « en construction », selon le ministre portugais de l’Économie Pedro Siza Vieira.

Subscribe to our newsletters

Subscribe