Elections européennes : de nouveaux visages pour les verts allemands [FR]

EuropeanParliament_02.jpg

Une combinaison de nouveaux visages et de personnalités politiques connues fera campagne pour « un nouvel accord vert » lors des élections européennes de cet été. C’est ce qu’ont décidé les verts allemands lors de leur convention européenne le week-end dernier.

Parmi les cinq premiers candidats de la liste nationale figurent trois responsables politiques certes connus, mais relativement nouveaux sur la scène politique européenne. 

La liste préparée pour les élections au Parlement européen du mois de juin prochain inclut un ancien président des verts allemands Reinhard Bütikofer, un co-fondateur du réseau anti-mondialisation Attac, Sven Giegold, et une ancienne secrétaire générale d’Amnesty international, Barbara Lochbihler. 

Une fois de plus, Rebecca Harms, vice-présidente du groupe des verts au Parlement européen, détient le poste principal. 

Parallèlement, d’autres éminents responsables politiques, comme Angelika Beer, ancienne dirigeante des verts allemands, soit n’ont pas réussi à s’assurer un siège, soit ont été relégués en fin de liste électorale, ce qui signifie qu’ils ne devraient pas garder leur siège. Gisela Kallenbach et Hildtrud Beyer figurent dans cette dernière catégorie.

Eurodéputée depuis 1989, Mme Beyer se retrouve à la quinzième position sur la liste, alors que Mme Kallenbach, qui représente les intérêts des verts à la commission de Politique extérieure et celle du Développement régional, est arrivée en septième position. 

Par conséquent, les tentatives des deux eurodéputées de se faire réélire constituent un objectif très ambitieux, pour lequel il faudrait que les verts allemands réalisent cet été une meilleure performance que les honorables 11,9 % de voix obtenues aux élections de 2004. Dans l’actuel Parlement européen, 30 eurodéputés verts allemands se taillent la part du lion du groupe des verts, fort de 43 membres. 

Un nouvel accord vert

Lors de l’ouverture de la convention vendredi (23 janvier), le co-président des verts européens, Daniel Cohn-Bendit, a appelé à une transformation européenne de nos sociétés sous la forme d’un nouvel accord vert pour répondre aux crises actuelles avec une approche plus compréhensive.  

L’accord servirait de nouveau modèle sociétal. M. Bütikofer a déclaré qu’il pourrait apporter des réponses à l’actuelle crise économique et aider à affronter les problèmes du changement climatique et de la pauvreté mondiale. Nous avons besoin que l’Europe mette en œuvre nos points de vue écologiques, a-t-il déclaré. 

Au lieu de simplement réagir aux crises mondiales, les verts pensent plutôt formuler une solution pro-active au moyen d’une coordination renforcée des politiques financière, structurelle, environnementale et de développement, selon le programme du parti.

Un nouveau Bretton Woods 

La crainte de la récession devrait être affrontée par un programme socio-écologique d’investissement, visant à réaliser un changement écologique durable, qui permettrait l’avènement d’un monde financier plus stable et social, peut-on lire dans la suite du programme. 

Les verts, connus pour leur pensée visionnaire, ont également appelé au renouveau des institutions issues de Bretton Woods, à la réforme du système monétaire et à un changement de paradigme dans la politique d’imposition. 

Le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, prenant pour la première fois la parole lors d’une convention du parti vert, a déclaré que des idées « vertes » aideront l’Europe.

L’eurodéputée allemande Angelika Beer, qui ne sera pas sur les listes des prochaines élections, a déclaré à EURACTIV qu’elle était déçue mais qu’elle avait néanmoins salué les nouveaux candidats, les décrivant comme une « alternative attrayante » pour les électeurs allemands. « Chaque fin [de mandat politique] offre également une chance de renouveau » a-t-elle expliqué. Elle a refusé de faire tout commentaire quant à la question de savoir si cela signifiait qu’elle allait mettre fin à sa carrière politique. 

Les élections du Parlement européen des 4-7 juin sera l’un des huit scrutins pour lequels les Allemands se rendront aux urnes en 2009 (voir notre  LinksDossier  sur les élections de l’assemblée européenne). Le premier vote a eu lieu dans le Land de la Hesse la semaine dernière, où les verts ont obtenu 13,7 % des votes, une amélioration de 6 % par rapport aux élections de 2008.

En dépit de ces  bons résultats, les verts ont échoué à former un gouvernement avec le partenaire qu’ils souhaitaient, les sociaux-démocrates, qui ont subi une perte record dans leur ancien bastion.

Les élections européennes seront suivies par des élections dans trois autres Länder et des élections nationales le 27 septembre, à la suite desquelles les verts espèrent retourner au gouvernement. Cependant, l’objectif apparaît ambitieux, les derniers sondages donnant l’avantage au parti CDU (centre-droit) et aux libéraux. Chacun d’entre eux a déjà désigné l’autre comme son partenaire favori dans le cadre d’un nouveau gouvernement. 

  • 4-7 juin 2009 : élections au Parlement européen.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER