L’austérité touche à sa fin en Europe

2019, année de tous les dangers ou de toutes les opportunités? [Artjazz/Shutterstock]

Marchés agités, guerre commerciale entre États-Unis et Chine, Brexit, gilets jaunes… 2019 sera l’année de tous les dangers, mais aussi de toutes les opportunités dans un monde exposé au risque de la récession. Un article de notre partenaire, La Tribune.

Dix ans après l’éclatement de la crise financière, la situation économique européenne est loin d’être favorable. La plupart des prévisionnistes anticipent un net coup de frein de la croissance en 2019 après une année 2018 au ralenti. Malgré ces mauvaises nouvelles, la situation budgétaire de la zone euro a retrouvé des couleurs ces dernières années.

En moyenne, le déficit public a atteint 1 % du produit intérieur brut (PIB) et de nombreux pays ont retrouvé des excédents. Par comparaison, le déficit du budget aux États-Unis dépasse les 4 % du PIB et devrait exploser dans les deux années à venir. Les marges de manœuvre semblent donc plus importantes en zone euro.

À ce titre, « les politiques budgétaires sont globalement moins restrictives que sur la période 2010-2013 », rappelle l’économiste de l’OFCE Christophe Blot. « Aujourd’hui, les politiques budgétaires sont globalement plus neutres. Elle est expansionniste dans certains pays comme en Allemagne depuis deux ans. Elle a été expansionniste en 2018 en Espagne et elle le sera également en Italie à la suite des annonces du gouvernement », poursuit Christophe Blot.

Du côté de la France, les annonces d’Emmanuel Macron le 10 décembre dernier et la baisse de l’inflation devraient également soutenir la demande interne. Les économistes de l’Insee anticipent un fort rebond du pouvoir d’achat pour le premier semestre 2019. Au Portugal aussi, l’économie s’est raffermie grâce à des mesures de relance budgétaire depuis 2015.

Macron remporte une victoire en demi-teinte sur le budget de la zone euro

Pour la première fois, les 19 pays de la zone euro se sont accordés sur le principe de la création du budget dédié. Mais sans le mécanisme de stabilisation voulu par Paris, pierre angulaire du projet initial de Macron.

Pour 2019, l’économiste Bruno Cavalier prévoit que « la politique budgétaire en zone euro va être modérément expansionniste. En incorporant les mesures fiscales françaises et italiennes, le stimulus approcherait 0,4 point de PIB. C’est bien inférieur au stimulus américain de 2018 (environ 1,4 point) mais le multiplicateur budgétaire est plus élevé en Europe qu’aux États-Unis (1 contre 0,5 environ). »

Près de quarante ans après le fameux « Tina » (« There is no alternative ») cher à l’ancienne Première ministre du Royaume-Uni, Margaret Thatcher, l’austérité semble moins à la mode sur le Vieux Continent. Mais les difficultés de la zone monétaire à former un budget commun témoignent des profonds désaccords qui subsistent vingt ans après sa création.

L'austérité infligée à la Grèce soulève la question des indemnisations

Les dommages causés par l’austérité en Grèce soulèvent la question de la responsabilité des institutions européennes. Et d’une éventuelle indemnisation. 40 % des populations rurales sont aujourd’hui exposées au risque de pauvreté en Grèce.

La Tribune

La Tribune [latribune.fr]

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.