Première réunion fructueuse pour les États membres lors du Conseil informel des affaires étrangères

Pour Augusto Santos Silva, la première discussion parmi les États membres sur la prochaine politique commerciale du bloc était un « excellent point de départ », bien que les débats risquent d’être plus corsés sur le dossier climat et commerce. EPA-EFE/VIRGINIA MAYO / POOL [EPA-EFE/VIRGINIA MAYO]

Pour le ministre portugais des Affaires étrangères Augusto Santos Silva, la première discussion parmi les États membres de l’UE sur la prochaine politique commerciale du bloc était un « excellent point de départ », bien que les débats risquent d’être plus corsés sur le dossier climat et commerce.

À la suite d’une visioconférence informelle du Conseil des affaires étrangères, Augusto Santos Silva a tenu une conférence de presse en compagnie du vice-président de la Commission européenne chargé du commerce, Valdis Dombrovskis.

« Cette réunion a été très constructive. Nous avons focalisé notre attention sur le réexamen de la politique commerciale européenne », a expliqué M. Santos Silva, faisant référence au programme de la politique commerciale de l’UE présenté sous sa nouvelle forme le 18 février 2021.

Accord UE-Mercosur : la France veut des garanties « concrètes » et « vérifiables »

De « simples engagements politiques » ne suffiront pas à ratifier l’accord mixte entre l’Union européenne et les pays du Mercosur, a déclaré Franck Riester le 2 mars, lors du Conseil informel des affaires étrangères en format commerce.

« Le communiqué de la Commission était un excellent point d’ancrage pour notre discussion. Il constituera naturellement la base sur laquelle nous esquisserons les conclusions provisoires devant être adoptées lors de notre réunion officielle en mai », a-t-il fait savoir aux journalistes, ajoutant que la présidence portugaise de l’UE « prendrait en compte toutes les contributions fournies par les États membres ».

M. Dombrovskis a également salué l’issue positive de cette première conférence, admettant toutefois que certaines questions devaient être plus amplement abordées, notamment concernant « la durabilité, le lien entre la politique commerciale et le climat, et le réforme de l’Organisation mondiale du commerce ».

D’après le commissaire, la stratégie européenne en matière de commerce « doit avant tout contribuer à la reprise économique du bloc », car « aujourd’hui plus que jamais, l’Union s’attend à ce que les exportations en soient une force motrice ».

« C’est la raison pour laquelle nous réaffirmons notre engagement à un commerce ouvert, équitable et fondé sur des règles. Il s’agit non seulement d’une question d’idéalisme européen, mais surtout de nécessité économique et politique. »

Le mois dernier, la Commission européenne a présenté sa stratégie pour réexaminer la politique commerciale de l’UE, la rendant « plus ouverte, durable et convaincante », notamment avec ses partenaires commerciaux principaux : la Chine et les États-Unis.

L'UE veut une réforme de l'OMC et verdir sa politique commerciale

L’UE va placer la lutte contre le réchauffement climatique au cœur de ses échanges extérieurs et pèsera de tout son poids en faveur d’une réforme de l’OMC, selon la nouvelle stratégie commerciale européenne dévoilée jeudi par Bruxelles.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer