Avec l’élection de Sanna Marin, la Finlande se dote d’une coalition gouvernementale 100% féminine

{8936D08C-E83B-3944-94A0-F35B6939CA6D} [Photo: European Council]

Le parti social-démocrate finlandais a élu la ministre des Transports Sanna Marin au poste de Première ministre le 8 décembre. Les cinq personnes à la tête des partis au pouvoir sont désormais des femmes.

Élue au poste de Première ministre finlandaise, Sanna Marin reprend le poste d’Antti Rinne, qui a démissionné mardi dernier (3 décembre), après avoir perdu la confiance de sa coalition formée de cinq partis. Elle débutera son mandat plus tard dans la semaine.

Madame Marin, âgée de 34 ans, sera la plus jeune dirigeante de l’histoire de la Finlande et la troisième femme seulement à accéder au poste de Premier ministre. Elle est arrivée en tête du scrutin d’hier, battant ainsi le chef de file du SPD au Parlement, Antti Lindtman.

Selon un média finlandais, celle-ci sera en réalité la plus jeune Première ministre au monde. Elle serait ainsi la cadette du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, 35 ans d’après certaines sources, et de la Première ministre néozélandaise Jacinda Ardern, 39 ans.

Elle pourrait toutefois perdre ce titre d’ici à la fin de l’année si Sébastian Kurz revenait à la tête du pouvoir autrichien.

L’élection de Sanna Marin signifie également que tous les partis de la coalition sont dirigés par des femmes. Celles-ci sont les porte-drapeaux de l’Alliance de gauche, du Parti du centre, de la Ligue verte et du Parti populaire suédois de Finlande. Et, trois d’entre elles ont aussi la trentaine.

« Nous avons énormément de travail à faire pour restaurer la confiance au sein de la coalition », a déclaré Sanna Marin après la confirmation de sa victoire. Les grèves en cours et qui devraient frapper de plein fouet les plus grandes entreprises du pays à partir d’aujourd’hui (9 décembre) seront la priorité majeure de son programme.

Son accession au pouvoir fait suite à la mauvaise gestion, par l’ancien Premier ministre, Antti Rinne, de la crise postale qui avait duré pendant deux semaines en novembre et s’était propagée à des d’autres sociétés, comme la compagnie aérienne, Finnair.

Plus tard dans la semaine, elle participera au sommet européen à Bruxelles. La Finlande est actuellement à la tête de la présidence tournante du Conseil de l’UE, aussi connu sous le nom de Conseil des ministres.

Bien que l’égalité des genres soit de mise dans les hautes sphères de la politique finlandaise, tel n’est pas le cas au sein du Conseil.

Le nom de la nouvelle Première ministre finlandaise vient s’ajouter à la maigre liste des noms des dirigeantes européennes actuellement constituée de Brigitte Bierlein (Autriche), Sophie Wilmès (Belgique), Mette Frederiksen (Danemark) et Angela Merkel (Allemagne).

La stratégie européenne à long terme visant la neutralité carbone d’ici à 2050 sera le sujet phare du sommet de cette semaine (12 et 13 décembre). La Commission européenne cherche à obtenir l’approbation unanime des 28 États membres de l’UE sur l’objectif climatique de 2050 avant de proposer une « loi climatique » très attendue qui inscrira le « zéro émissions nettes » dans le marbre.

Sanna Marin, elle, est une fervente militante des politiques vertes, comme l’ensemble du pays, qui s’est engagé à atteindre la neutralité carbone d’ici à 2035.

La Finlande veut éliminer ses émissions en 15 ans

Le nouveau gouvernement finlandais vise l’élimination des émissions de carbone d’ici 2035. Un message encourageant du pays qui prend la présidence d’une UE bloquée sur le climat en juillet.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.