Les groupes eurosceptiques se bousculent au Parlement européen

Le mouvement 5 étoiles lance un nouveau groupe politique au Parlement européen, ciblant les élections européennes. Le créneau est déjà fort encombré, entre le groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe (EFDD), les conservateurs et réformistes européens (ECR) ou encore celui d’Europe des nations et des libertés (Rassemblement national)

Le vice-Premier ministre italien, Luigi Di Maio, a soutenu la semaine dernière à Bruxelles le lancement du nouveau groupe politique du Mouvement 5 étoiles.

Le Brexit entraînera le départ des eurodéputés eurosceptiques UKIP du groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe (EFDD), où les eurodéputés du Mouvement 5 étoiles (M5S) siègent actuellement. Le doute planant sur la survie de l’EFDD après les élections européennes de mai, le M5S cherche de nouveaux alliés potentiels.

Luigi Di Maio a rencontré les dirigeants de la droite polonaise Kukiz’15, le populiste croate Zivi Zid et le libéral finlandais Liike Nyt, dans le but de les intégrer au futur groupe politique qui sera formé au Parlement européen après les élections de mai.

Des pourparlers sont en cours avec d’autres partis européens, a déclaré Luigi Di Maio au journal italien Il Fatto Quotidiano. Mais le Mouvement 5 étoiles attend aussi une réponse du mouvement français des « gilets jaunes ».

Dans un post publié sur le site officiel du parti, Luigi Di Maio a exprimé son soutien au mouvement des gilets jaunes. Reste à savoir si le mouvement réussira à s’organiser en tant qu’entité politique à l’approche des élections.

Le ministre italien Luigi Di Maio soutient les Gilets jaunes

Luigi Di Maio, ministre du Travail et des Affaires sociales et leader du mouvement 5 étoiles qui s’est allié à l’extrême-droite pour gouverner, assimile les Gilets jaunes à son propre mouvement. Et critique ouvertement le gouvernement français.

Un Manifeste en dix points, qui sera signé à Rome vers la mi-février, mettra en évidence les valeurs communes partagées par les différents alliés du nouveau groupe politique. Les parties signataires auront un vote libre sur n’importe quelle question, comme c’est déjà le cas dans le groupe EFDD actuel.

Le Mouvement 5 étoiles souhaite que le nouveau groupe « fasse pencher la balance en Europe ». La dimension modeste des alliés potentiels contactés jusqu’à présent indique toutefois que le M5S dominera le nouveau groupe.

La démocratie directe, une identité

Euractiv s’est entretenu avec l’eurodéputé Fabio Massimo Castaldo, l’un des vice-présidents actuels du Parlement européen et l’une des figures majeures du groupe parlementaire du Mouvement 5 étoiles.

« Ces dernières années, nous n’avons jamais caché le désir de créer une famille politique qui met l’accent sur notre façon de penser la politique », a-t-il déclaré en référence à la participation et à l’implication des citoyens dans la politique.

La démocratie directe n’est pas seulement une mode, mais une occasion de renforcer l’identité politique du Mouvement 5 étoiles au sein du nouveau groupe, a ajouté Fabio Massimo Castaldo.

Selon lui, les grands groupes politiques du Parlement européen doivent comprendre une fois pour toutes que le temps des accords occultes à Bruxelles doit cesser.

« Les prochaines élections européennes inaugureront une importante saison de changement », a-t-il déclaré, prédisant que les partis établis verront leur nombre de sièges fortement réduits pour la première fois au sein du nouveau Parlement européen, laissant la place à de nombreux nouveaux partis qui influenceront le projet européen.

Réduire les dépenses excessives de l’UE

Bien que le manifeste ne soit pas encore finalisé, certains de ses points essentiels ont déjà été clarifiés par Luigi Di Maio et d’autres représentants politiques du Mouvement 5 étoiles.

Fabio Massimo Castaldo a déclaré à Euractiv que le manifeste se concentrera fortement sur la réduction des dépenses politiques, y compris la fermeture du siège du Parlement européen à Strasbourg. Les économies ainsi réalisées, d’un montant de près de 200 millions d’euros, devraient être affectées à des programmes qui bénéficient aux citoyens européens.

« Vous pouvez faire de la politique sans peser sur le porte-monnaie des citoyens », a expliqué l’eurodéputé.

« Notre manifeste contiendra les bonnes idées de toutes les délégations nationales », a quant à elle déclaré l’eurodéputée Laura Agea du Mouvement 5 étoiles, qui a cité la lutte contre la pauvreté, la santé des citoyens et la défense de la fabrication « Made in Europe ».

Les Verts refusent l’échange

« Le dialogue avec d’autres groupes ou délégations sur des questions spécifiques se poursuit et se poursuivra, comme l’a montré notre travail au Parlement européen au cours des cinq dernières années », a ajouté Fabio Massimo Castaldo, ajoutant que le Mouvement 5 étoiles partage une vision commune avec les Verts sur les questions environnementales.

La protection de l’environnement est considérée comme un thème central de la campagne du Mouvement 5 étoiles à l’approche de la prochaine législature européenne.

Cependant, les Verts européens ont jusqu’à présent fermé la porte à une alliance formelle avec le Mouvement italien.

« Depuis qu’ils sont au gouvernement avec la Ligue, nous ne parlons plus avec eux », assure un porte-parole des Verts à Euractiv.

Les eurosceptiques s'installent au pouvoir en Italie

Le premier gouvernement d’alliance entre un jeune mouvement antisystème et un parti d’extrême droite doit prêter serment le 1er mai à Rome, sous la direction de Giuseppe Conte, novice en politique, qui a promis une politique anti-austérité et sécuritaire.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe