France et Allemagne tentent de faire bonne figure malgré les vents contraires

1-11-800x450

L’actu en capitales décrypte l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici

BERLIN | PARIS

Le Brexit se rapproche à grands pas, le phénomène migratoire s’intensifie, la Turquie envahit la Syrie, la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine se poursuit… mais Berlin et Paris ont décidé de mettre de côté leurs différences et de s’unir.

Lors d’une réunion franco-allemande, mercredi 16 octobre à Toulouse, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron se sont entendus sur de nombreuses questions controversées.

Les deux chefs d’État se sont mis d’accord sur les mesures à adopter concernant de nombreux sujets, notamment la vente d’armes et la défense, tout en déjeunant dans un avion Airbus en stationnement à Toulouse. Mme Merkel a déclaré que les deux pays avaient conclu un accord sur l’exportation d’armes « après de longues négociations ».

Selon la chancelière, le cabinet fédéral allemand adoptera bientôt les nouvelles règles en la matière avec le soutien du Parti social-démocrate (SPD), ce qui signifie que la question ne divisera pas la Grande Coalition. Elle a déclaré que l’accord avait été négocié sous la direction du ministre des Affaires étrangères, Heiko Maas (SPD), ajoutant qu’« à cet égard, l’accord n’a pas été conclu contre la volonté du SPD ».

« Nous avons finalisé un accord majeur et juridiquement contraignant qui réglementera les exportations d’armes à l’avenir et traitera également de nos projets conjoints d’armement », a affirmé M. Macron lors d’une conférence de presse à Toulouse.

Le changement climatique était aussi au centre des discussions. Les deux chefs ont une nouvelle fois abordé l’adoption d’un prix minimum du carbone et ont appelé au soutien du « Green New Deal » d’Ursula von der Leyen.

Macron a, par ailleurs, réclamé que les autorités européennes de la concurrence engagent « dès que possible toutes les procédures possibles » contre les plates-formes numériques ne respectant pas les règles sur les « droits voisins », qui permettent une meilleure rémunération des éditeurs de presse.

En outre, les deux parties se sont entretenues sur l’ouverture des négociations d’adhésion de l’Albanie et la Macédoine du Nord à l’UE, arguant que le navire européen défend des valeurs et des intérêts communs et qu’il était nécessaire de montrer cette unité aux pays des Balkans occidentaux. Mais Angela Merkel s’est aussi rangée derrière la volonté française de réformer le processus d’adhésion. (Euractiv France, Claire Stam |Euractiv Allemagne)

LONDRES

EXCLUSIF : Tout accord sur le Brexit conclu par Boris Johnson devra être soumis au peuple britannique lors d’un référendum avant d’être adopté par le parlement britannique, a déclaré un groupe multipartite de législateurs britanniques à Euractiv mercredi (16 octobre).

ROME

Trump sera plus tendre avec l’Italie. Après une réunion bilatérale à Washington avec le président italien, Sergio Mattarella, le président américain, Donald Trump, a déclaré que son pays examinerait attentivement les plaintes de l’Italie concernant les sanctions douanières contre l’UE.

Le président américain a ajouté qu’il ne voulait pas être dur avec l’Italie, car les relations avec Rome sont au beau fixe. (Gerardo Fortuna| Euractiv.com)

ATHÈNES | LJUBLJANA

La crédibilité de l’UE est en jeu. « Si nous n’ouvrons pas de négociations avec les deux pays (Albanie et Macédoine du Nord), l’UE perdra sa crédibilité et rompra ses promesses », a déclaré le ministre slovène des Affaires étrangères Miro Cerar devant la commission parlementaire des Affaires étrangères (AFET).

En retardant la décision d’ouvrir des négociations, l’UE pourrait devenir coresponsable de l’aggravation possible de la situation politique en Macédoine du Nord, selon M. Cerar.

De même, lors d’une réunion avec le chef de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, Alexis Tsipras, ancien Premier ministre de la Grèce, a affirmé qu’il était crucial d’entamer des négociations d’adhésion avec la Macédoine du Nord, car la « crédibilité de l’UE au niveau international est en jeu ». Il a également appelé l’UE à appliquer les sanctions décidées lors du sommet du Conseil de l’UE pour lutter contre l’activité illégale d’Ankara dans la zone économique exclusive chypriote. (Željko Trkanjec |Euractiv Croatie)

VARSOVIE

Une loi contre l’éducation sexuelle à l’école. Le Parlement polonais présente un projet de loi visant à pénaliser l’éducation sexuelle dans les écoles. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une matière obligatoire à l’école, ce sujet est néanmoins abordé  Le projet de loi, qui prévoit jusqu’à cinq ans de prison pour avoir enseigné l’éducation sexuelle, va maintenant être soumis à une commission en vue d’y apporter des modifications. Le projet a déclenché les foudres de centaines de Polonais qui sont descendus dans les rues pour marquer leur opposition. (Łukasz Gadzała | Euractiv Pologne)

BRATISLAVA

Les fuites sont en ligne. Les enregistrements sur lesquels s’appuie le fameux dossier « Gorilla », qui dévoile la corruption au sein du gouvernement slovaque pendant les années 2000, sont désormais accessibles au public. Plusieurs médias ont reçu un lien où le fichier de 39 heures peut être téléchargé.

Le fichier audio a été trouvé dans la maison de Marián Kočner après son arrestation et l’agence criminelle nationale l’analyse depuis. Le chef sortant de l’équipe d’enquête a récemment déclaré qu’une analyse phonétique avait confirmé l’authenticité de l’enregistrement. Jusqu’à présent, l’enregistrement lui-même n’était pas accessible au public. Le groupe financier Penta, qui est au centre de ce scandale de corruption, prépare un procès, et la politique slovaque, plus généralement, est plongée dans la tourmente. (Zuzana Gabrižová |Euractiv Slovaquie)

PRAGUE

Prague soumettra une proposition de mesures communes européennes contre la Turquie en raison de son offensive dans le nord de la Syrie, a déclaré le Premier ministre Andrej Babiš aux législateurs de la commission des affaires européennes avant le sommet du Conseil européen, qui se tiendra les 17 et 18 octobre. M. Babiš s’est toutefois demandé si l’Allemagne soutiendrait une telle initiative, car la Turquie est un marché d’exportation clé pour l’industrie allemande des armements. Le gouvernement tchèque a déjà mis un terme à ses exportations d’armes vers la Turquie. (Aneta Zachová |Euractiv République tchèque)

BELGRADE

Medvedev à Belgrade. Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev sera à Belgrade les 19 et 20 octobre. Il rencontrera le président serbe Aleksandar Vučić et la première ministre, Ana Brnabić, pour discuter de leurs relations commerciales, économiques, culturelles et humanitaires. M. Medvedev participera à la célébration du 75e anniversaire de la libération de Belgrade. (Euractiv Bulgarie)

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.