Front de Gauche, Mélenchon en première ligne pour les européennes

dacbae47355918a8937f83702f63e8a8.jpg

Le député européen a pour ambition de passer devant le Parti socialiste à l’occasion des élections européennes de 2014. L’accord de libre échange UE-USA devrait être un sujet phare de la campagne.

Le Front de Gauche entretient une relation particulière avec les élections européennes : en 2009, le mouvement s’est structuré autour de ce scrutin. Il a obtenu 6% des voix et 4 sièges, dont un pour Jean-Luc Mélenchon. 

Le chef du mouvement a été critiqué pour son absentéisme, ces dernières années. L’ancien socialiste compte parmi les parlementaires les moins présents au Parlement européen, aussi bien en plénière qu’en commission. 

Malgré tout, l’Union européenne reste l’un de ses sujets de prédilection et il semble déterminé à mener une campagne nationale pour les élections de 2014. La circonscription dans laquelle il se présentera n’est pas encore définie. Il est pour le moment élu du Sud-Ouest. 

L’ambition de Jean-Luc Mélenchon est de passer devant le Parti socialiste, en 2014. Il dénonce malgré tout le mode de scrutin, les listes régionales augmentant le nombre de voix nécessaire pour obtenir des élus. 

Les premières études d’opinion créditent le FdG de 8 à 10% des voix, ce qui ferait gagner un ou deux élus seulement à cette formation politique. 

La composition des listes sera un subtil jeu d’équilibre entre les neuf composantes du mouvement en particulier avec le Parti communiste, première organisation en terme de nombre d’adhérents (120 000 contre 12 000 pour le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon). 

La dénonciation de l’accord de libre-échange entre les Etats-Unis et l’UE figure en tête des sujets que souhaite porter le FdG. 

Au plan européen, le Front de gauche siège au sein du groupe de la Gauche unitaire européenne (GUE), qui regroupe les membres du Parti de Gauche européen (PGE). Toutes les formations qui le composent se sont retrouvés à Athènes, les 7 et 8 juin, pour un « alter sommet » sur l’Europe à l’invitation du parti grec Syriza. 

Un prétendant à la présidence de la Commission européenne devrait aussi être désigné fin 2013, début 2014. 

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.