Pour Hollande, les Français ne veulent pas quitter l’UE

Dernier sommet européen pour François Hollande. [Council]

L’élection présidentielle pourrait dénaturer le projet européen tel qu’il existe aujourd’hui, a estimé François Hollande lors de sa dernière conférence de presse à Bruxelles.

Le 29 avril, François Hollande a donné sa dernière conférence de presse à un sommet européen. Lors du vote du second tour, le 7 mai, les électeurs français devront décider de leur avenir dans l’Europe, a expliqué le président sortant.

« Pourquoi toute l’Europe regarde vers la France ? C’était vrai avant le premier tour, ça l’est encore pour le deuxième », souligne-t-il. « Pourquoi cet intérêt, cette attention, cette vigilance, cette inquiétude, même ? […] Si la France faisait un choix qui ne permettrait plus à mon pays de rester dans l’Union européenne, il y aurait sans doute encore une Union européenne […], mais elle n’aurait plus la force et la nature de ce qu’elle est aujourd’hui. »

Pays fondateur

François Hollande a listé les forces de la France : un pays fondateur de l’UE, membre de l’espace Schengen et de la zone euro, deuxième économie de l’union, seul membre de l’UE siégeant de manière permanente au Conseil de sécurité de l’ONU et seul membre de l’UE disposant de l’arme nucléaire, à part le Royaume-Uni, qui a déjà un pied hors du bloc.

La France « représente l’Histoire de l’Europe », a-t-il ajouté, après s’être battue avec presque tous les États membres pendant le 20e siècle.  « Si la France est tellement attachée à la paix, c’est parce qu’elle a connu tant de guerres. Oui, les conséquences seraient extrêmement lourdes si la France se détournait de l’Europe. C’est la raison pour laquelle le choix qui va être fait est un choix pour la France, mais aussi un choix européen, qui va être exprimé par le peuple français », renchérit-il.

L'avenir de l'UE, un enjeu périphérique pour de nombreux électeurs

L’avenir de l’Europe a été au cœur des débats de la campagne présidentielle. Mais n’a pas toujours  constitué un critère de premier plan pour les électeurs français.

Le peuple français est « mécontent d’une forme d’organisation, de gestion, de fonctionnement de l’Europe », admet-il. « Il voudrait que l’Europe soit encore plus protectrice – et il a raison. Mais il ne veut pas quitter l’Europe, parce que quitter l’Europe, ce serait aussi quitter la France. »

Et le président de conclure sa conférence de presse en ces termes : « je vais en terminer là, avec cette ode à l’Europe ». Il a également remercié les journalistes, qui se montrent critiques, mais également attachés au projet européen.

Alliance anti-UE

Marine Le Pen apparaît en mesure d’engranger 41% des suffrages le 7 mai contre 59 % à son adversaire centriste, Emmanuel Macron, candidat préféré de l’Europe.

L’Europe se prononce d’une seule voix contre Marine Le Pen

Le second tour des élections présidentielles verra s’affronter Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Les Européens appellent à l’unisson à faire bloc contre la candidate d’extrême droite.

La candidate du FN a marqué un nouveau point avec le ralliement à ses côtés du chef d’un petit parti souverainiste (Debout La France), Nicolas Dupont-Aignan, dont elle compte faire son Premier ministre si elle est élue. Nicolas Dupont-Aignan, qui a obtenu près de 5% des suffrages au premier tour, pourrait lui apporter des voix substantielles le 7 mai.

Face à cette montée de l’euroscepticisme, « l’Europe doit donner confiance, elle doit être une solution et non pas une suite de problèmes », plaide le président français, si impopulaire qu’il a dû renoncer à briguer un nouveau mandat, une première sous la 5e République.

« L’Europe doit montrer qu’elle est une chance pour les pays qui la composent et qu’elle est aussi une garantie pour la paix et un avantage pour l’économie et également qu’elle peut permettre […] de converger sur le plan social », argue-t-il. C’est « à ces conditions-là » que « les peuples peuvent trouver dans l’Europe les garanties et les protections qui manquent aujourd’hui ».

Couple franco-allemand

En ce qui concerne sa relation avec Angela Merkel, la chancelière allemande, il a souligné qu’il ne la connaissait pas avant de devenir président, en 2012, et qu’ils ne partageaient pas « la même sensibilité ».

Cela ne les a cependant pas empêchés de prendre des décisions courageuses durant la crise de la zone euro, lors de la crise ukrainienne ou au moment de conclure des accords climatiques. Il ajoute que la décision allemande sur l’union de la défense n’avait pas été facile et que Berlin avait fait preuve de beaucoup de compréhension vis-à-vis de la situation économique française.

« Cette entente franco-allemande doit continuer, quels que soient leurs dirigeants », insiste-t-il. « L’Europe à 27 ne peut avoir confiance en elle-même si ses deux principaux pays ne sont pas conscients des enjeux. Je suis certain qu’Emmanuel Macron sera un bon partenaire pour l’Allemagne, parce qu’il défendra les intérêts de la France, mais qu’il a aussi la conviction que l’Europe est au service de nos intérêts communs. »

Merkel et Juncker appellent à l’unité face à un Brexit qui s’annonce délicat

Juncker et Merkel craignent que l’unité des 27 Etats-membres ne se fissure. Selon des fuites du Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), la tension entre Juncker et May est telle le que les équipes de la Commission ne pensent pas qu’un accord soit possible d’’ici 2 ans.

Subscribe to our newsletters

Subscribe