La Hongrie a dissimulé ses affiches anti-Juncker pendant la visite de Manfred Weber

Certaines des affiches anti-Juncker ont été recouvertes [@RoFreudenstein Twitter]

Le président du PPE a rencontré le Premier ministre hongrois Viktor Orbán et appelé le dirigeant populiste à présenter ses excuses pour sa campagne anti-Juncker.

Le président du Parti populaire européen, Manfred Weber, s’est rendu à Budapest pour discuter du projet de certains membres du PPE d’exclure le parti Fidesz de Viktor Orbán avant les élections européennes du mois de mai. « Nous avons discuté dans une ambiance constructive mais nous devons encore trouver une solution », a déclaré Manfred Weber.

Manfred Weber est le spitzenkandidat du PPE pour les élections, mais les attaques répétées du Premier ministre hongrois à l’égard de Jean-Claude Juncker et de l’ensemble des institutions européennes ont fait de l’ombre à sa campagne. De nombreux membres du PPE ont adressé au président du groupe des demandes d’exclusion de Viktor Orbán, dont les tendances autoritaires vont à l’encontre des valeurs européennes.

L'actu en capitales: Orban attaque les «idiots utiles» de la droite européenne

L’actu en capitales récapitule l’info de toute l’Europe, grâce au réseau de rédactions d’Euractiv.

La semaine dernière, Manfred Weber a posé un ultimatum à Viktor Orbán si celui-ci ne voulait pas que son parti soit exclu du groupe. Le président du PPE a appelé le Premier ministre hongrois à mettre fin à sa campagne anti-UE, à laisser à Budapest l’Université d’Europe centrale fondée par le milliardaire George Soros et à présenter ses excuses auprès des autres membres du PPE. « Notre parti a des valeurs fondamentales claires que nous tenons à faire respecter par tous les membres, y compris par le Fidesz », a déclaré Manfred Weber.

Le président du PPE a notamment fait référence à une campagne anti-Juncker du gouvernement hongrois qui accuse le président de la Commission et membre du PPE de soutenir l’immigration illégale avec l’aide de George Soros. « Nous n’autorisons aucune campagne anti-Bruxelles ici à Budapest, les affiches doivent être enlevés », a déclaré Manfred Weber.

La brouille entre Orban et Juncker fissure le PPE

À trois mois des européennes, la droite et son chef de file, Manfred Weber, sont fragilisés par la campagne du populiste hongrois Viktor Orbán contre le président de la Commission, Jean-Claude Juncker.

À Budapest, certaines affiches représentant Jean-Claude Juncker ont été recouvertes pour la visite de Manfred Weber. Toutefois, seules les affiches se trouvant sur le chemin emprunté par le président du PPE auraient été recouvertes. « Nous pourrions commencer à travailler ensemble si Viktor Orbán s’excusait pour les torts qu’il a causés aux partis et pays du PPE », a ajouté Manfred Weber.

Les autorités hongroises ont répondu qu’après le 15 mars, elles remplaceraient la photo de Jean-Claude Juncker sur les affiches par celle du vice-président de la Commission Frans Timmermans.

Une douzaine de partis du PPE ont demandé l’exclusion de Fidesz, et le groupe tiendra une discussion à ce sujet le 20 mars. Le Premier ministre hongrois a déclaré vendredi que son parti pourrait décider de quitter le PPE et de rejoindre le parti d’extrême droite polonais Droit et Justice (PiS) au Parlement européen.

Le PPE protège Orbán, de peur qu’il ne se rallie à l’extrême droite

Le parti populaire européen ne veut pas aggraver les tensions avec le problématique Viktor Orbán, de peur qu’il ne rejoigne l’extrême droite de Matteo Salvini et Marine Le Pen.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.